conscience 43

DSC02009

08/08/09 :
Ô Réalité, tu te répands par moi.
Tu m’invites à ces danses sur les rythmiques des coeurs,
dans les mesures des souffles.
Aller à chaque bout, jusqu’à la pause,
puis le nouveau départ…

Verts, bleus, ciels – matière.
Mes yeux m’apportent le Monde jusqu’aux tripes.

Je jouis de plus en plus,
de mieux en mieux,
et mes mots effleurent,
artifices phoniques.

Mieux vaut commencer doux et finir par devenir un fauve,
que commencer comme un fauve et finir par filer doux.

Tu peux rire des fauves immédiats et autres furibards au regard agressif.
Le vrai fauve ne fait pas d’esbroufe mas le coq oui, comme le roquet.

La meilleure façon de se décrisper : rire de soi !

Le fait est que ce qui me passionne réellement c’est apprendre et découvrir comment les choses fonctionnent. Comment la matière, vivante ou non, se comporte et fonctionne. Et cela m’est plus important que tout. Le savoir et le ressentir.

Mais il est vrai que les rapports humains, l’Amour…ne m’intéressent pas ; car ils ne m’apprennent rien.
Les individus sont ainsi plus pour moi des objets (même pas sujets) d’observation et d’étude.
Ainsi, s’ils ne sont pas intéressants ou au moins beaux (car la beauté aussi est intéressante, par sa fascination « automatique ») ils ne me passionnent pas.

Mais il reste que leurs émotions m’émeuvent et que j’éprouve une réelle compassion pour eux/elles. Empathie quand tu nous tiens…

Et j’aime que la paix, le respect, et même la cordialité soient partout entre les humains ; et m’applique à la produire, l’entretenir et la préserver.

09/08/09 :
De l’humour, de l’humour, de l’humour !…

Seul l’humour s’élève, au-dessus de tout.

10/08/09 :
On ne regarde pas assez les gens. Même nos proches. Quand on les regarde vraiment on est toujours surpris, on découvre de nouveaux aspects, détails…
C’est toujours surprenant. En fait, on se contente d’un « graphisme » superficiel mémorisé dès les premiers instants de la rencontre, auxuels s’ajoutent quelques détails saillants par la suite.
Mieux regarder les gens, comme pour les scruter. Bien les regarder et écouter avec attention, quel meilleur hommage leur rendre ?…

Tout ce qui se produit en moi, tout ce que j’adviens…j’adore ça !…Me sentir vivant est un tel bonheur…Ressentir mes muscles, le sang dans mes veines, mon coeur, mes idées, mes sensations, cet ensemble d’activités qui constituent mon Evénement…Une Présence dans la Présence…J’aime CELA !

Hééé…J’ai trouvé par hasard, en mélangeant, une composition qui dé-constipe. Très efficace, sans transformer la constipation (d’origine psycho-somatique essentiellement) en diarrhée. Mais des étrons lisses, faciles, bien moulés et d’évacuation rapide.
Formule : racine d’astragale + racine d’angélique sinensis + racine codonopsis + racine de dioscorea.
En plus d’être tonique, purifiant et anticancérigène, ça aide vraiment le transit intestinal.

La frustration, surtout sexuelle, engendre colère. La colère veut vengeance pour s’assouvir. La colère non assouvie finit par générer du vice (sinon de la haine)
Dans mon cas (mais ça a peut-être une portée générale) le vice consiste en une sourde volonté de se venger du Monde, la Réalité dans son ensemble, en ce qu’elle a de plus présent, outre le corps : la sensibilité. Et donc à atteindre ce qui provoquerait le plus de douleur. Donc atteindre le physique et le psychique – donc l’humiliation par la flétrissure physique.

C’est cette intention, fort heureusement maîtrisée et de faible proportion, qui constitue ma haine – qui étant issue de colères non libérées, est hautement énergétique. D’autant que, allant à l’encontre du Monde, elle est également nourrie et mue par une volonté de liberté totale, sans aucune retenue. La (ma) haine peut donc constituer une forme d’absolu, d’idéal.

Cela peut expliquer certains excès, de type religieux par exemple. « Je me sens humilié par le Monde alors je veux l’humilier en retour ».

Vengeance…

On n’atteint pas un Etat Définitif. On peut, au mieux, apprendre à (r)établir de mieux en mieux son Equilibre physico-psychique, en soi et par rapport au Monde. C’est tout.
Il n’y a pas d’état définitif (sinon la mort ? Je ne SAIS pas)

11/08/09 :
Remarqué depuis longtemps : je peux inspirer plus amplement et plus longtemps dès que je suis en présence d’au moins une autre personne.
Très intéressant. Me ramène à mon expérience du 02/11/1992 – que je devrai me décider à écrire dans ces carnets un jour..

En tout cas, dès que je suis en présence d’autrui je peux inspirer PLUS. Et je sens que le… »Souffle » est quelque chose entre nous, qui est plus vaste que quand je suis seul. (cf Jésus qui dit que l’Esprit, le Souffle, le Royaume est au milieu et parmi nous…)

Débarrasse-toi, expulse impitoyablement toute lourdeur et toute gravité.
Légèreté et…légèreté ! Gai !

La Présence (physique et/ou psychique) d’autrui ne doit en RIEN empiéter sur la tienne. Occupe TOUT ton Espace Existentiel sans rien céder.

Quelque niveau que tu atteignes, garde-toi de toute suffisance…(et de tout ton compassé ou condescendant. Oui : si tu es condescendant, tu es vraiment un con descendant – bas)

Et ne redescends pas à un niveau inférieur (si on mesure ça en « élévation », tout au moins : antérieur) pour ou à cause de qui que ce soit.
Ne régresse pas spirituellement.
Veille à ne pas régresser.

12/08/09 :
On ne sait pas ce qu’est vraiment la Réalité. Nous faisons partie d’un vaste complexe, composé qui s’actualise continuellement dans l’immédiat. Un inconnu.

Et c’est justement l’implication avec cet Inconnu qui est stimulant plutôt que la tentative crispée de maintenir ce qu’on pense et croit du Monde…

Le secret du Bonheur c’est…pas-le-Bonheur.

Les regrets c’est ce qui enterre les lâches ; et les timides sont des lâches trop orgueilleux pour se l’avouer.

Notre perception est tellement influencée par ce que (consciemment ou non) nous voulons, qu’il est nécessaire de vouloir le moins possible, voire…ne RIEN vouloir (pas même vouloir…percevoir) afin que le flux des perceptions qui nous parvient soit le moins possible trans-formé par CE QUE nous voulons.

De même pour ce qui nous intéresse et nous préoccupe – surtout dans l’instant.

13/08/09 :
Finalement le Monde n’est centré sur toi de façon prégnante que si tu le VEUX (consciemment ou non)
Il s’agit d’arriver à être le mieux conscient possible sans faire/être de l’égocentrisme.
Actualisation appropriée, judicieuse de l’énergie-être, (et) orientation de l’attention et énergie globale, vitale, vers le Monde et non vers soi.

Mais plus simplement : s’occuper du « point de contact principal » – qui correspond le plus souvent au « point d’attention optimale » – là où on ressent le plus intensément le Monde…(qui peut être différent de celui où on se sent le plus exister…qui est AUSSI à ETUDIER)

Watashi-Gong : tout mouvement volontaire du corps comporte, du fait de l’interaction des muscles agonistes et antagonistes, une ELASTICITE intrinsèque qui peut permettre, quand on la connait et sait s’en servir, d’enchaîner très rapidement de parades puis coups ou plusieurs coups d’affilée.
Découvre ça : l’élasticité du mouvement.

Plus un métal ou matériaux a une résistance élevée, moins il pourra permettre de transmettre-diffuser une énergie qui le parcourrait ou se servirait de lui.

La moindre résistance peut permettre la moindre perte d’énergie.

Tu peux méditer là-dessus…

Dès que tu ressens de la colère en toi, recherche TOUTES ses origines véritables. Cela t’aidera à t’en débarrasser – surtout une fois que tu auras éliminé la colère vis à vis/contre toi.
Car la plupart du temps, la plus grande part de colère est contre soi – et il n’y a pas lieu : il suffit de s’améliorer pour la prochaine fois. Mais inutile d’être en colère pour ce que tu as fait – surtout volontairement.

Pour contrer efficacement la tentation du suicide pour cause de vieillissement qui entraîne douleur persistantes :
– Tu fuis la douleur
– Non, je la refuse.
– Tu la laisses triompher de toi
– Si vivre n’est plus que douleur, quel intérêt ?
– Dépasser ! Dépasser la douleur et le plaisir que vivre peuvent procurer, pour parvenir à l’affirmation irrévocable du Soi : la volonté inconditionnelle d’exister.
– Soit. Mais si tu n’es plus que douleur, alors tout de même c’est la peur qui t’empêche de mettre fin à ce qui n’est plus que désagrément. Et en cédant à la peur tu restes dans la douleur. La punition des lâches.
– Non, car encore une fois : tu dépasses tous les obstacles , tous les adversaires en refusant de céder à la douleur et à la peur. Tu es dans l’affirmation de la vie, et de la conscience, que tu décides de continuer à porter, à incarner. Parce que tu…l’aimes et l’admires, et décides de la porter jusqu’au bout. Tu n’es plus vivant passif, mais Viveur Actif. Et parce que, ce faisant, tu dépasses ton simple ego, en prouvant par ta proclamation vécue que tu estimes que la vie vaut la peine d’être vécue. Car tant qu’on est vivant c’est qu’on est vivable, et tu PROUVES ainsi qu’être vivable – donc la Vie elle-même qui t’inclut et te dépasse – est un accès à…la Liberté du Soi ; au-delà même de la félicité ; tu atteints et crées une Valeur : la Liberté !

Tu as oublié le 5ème ennemi, mec : le premier de tous : la Douleur.

Les 5 ennemis, ou au moins adversaires (qui peuvent permettre de progresser si on les dépasse) : la peur, l’orgueil, la paresse, la colère, et la douleur.

Mais de plus en plus je pense que la colère est une amie (une fois épurée de toute origine dans l’orgueil) La colère peut être juste et permettre de produire force, précision, efficacité.

De même, la paresse est un concept créé par des moralisateurs aussi égocentriques que fascistes qui voulaient et veulent que tout le monde s’affaire comme eux. Mais il n’y a pas de paresse : il n’y a qu’une absence de volonté réelle de faire certaines choses.

Donc, seulement 3 obstacles : la Douleur, puis la Peur, puis l’Orgueil.

D’ailleurs la douleur engendre la peur qui, si on arrive à la dépasser, peut nous mener à devenir orgueilleux (en se croyant invincible par exemple, et/ou en ne respectant plus rien ni personne)

14/08/09 :
Aux alentours du crime,
parages d’un monstre qui serait moi,
presque je picorerais des particules d’obscène ;
bribes, traces de flétrissures…Ha les traces…

Mais cette Présence que je lève en moi,
ce ferment cruel, ce sale levain…
je sens meilleur de ne m’y point livrer.
Cette boursouflure, ce monstre,
c’est mon orgueil aux pathétiques fantasmes inassouvis.
C’est une soif pitoyable qui voudrait allumer un feu d’horrible.

J’affirmerais que c’est une part de moi,
un pan de ma liberté, qui grince.
Or, je pense – sais ? – qu’il vaut mieux tendre à maîtriser les 51% du Bien que 60% ou même 70% du Tout mais à cheval sur le Bien et le Mal.
Car le Bien est majoritaire puisque le Monde existe, et que le Mal ne peut se survivre.

L’Honnêteté est la seule Lumière ;
et l’Humilité le seul Espace.

Y’a pas à frimer, pérorer ni parader, certes ; mais y’a pas non plus à s’humilier, se rabaisser, s’opprimer…

Peut-être que s’il y a une Déesse son nom est…CHANCE.

Oui : le mieux est que ton Mouvement intérieur SOIT…Ton Souffle ! Certes les 2 peuvent être distincts, mais le mieux c’est quand ils sont UNE seule et MEME chose. Ton Mouvement Intérieur, avec ta conscience vigile, EST ton Souffle. Il est donc tour à tour entrant, suspendu, sortant, suspendu, expansion puis contraction et ainsi de suite.

Vis ça ! Vraiment. A pleine amplitude par Vitesse Optimale. Vis-le !

Mais le mieux est de le faire en le voulant le moins possible, en employant le moins de volonté possible : le plus spontanément, naturellement, véritablement, viscéralement possible.
Le moins d’emprise possible.

J’utilise toujours trop d’énergie (en volonté et en fore : l’Emprise) pour agir.
Le moins possible.
Juste : laisser l’énergie s’actualiser – sans pousser ni retenir.

15/08/09 :
Une fois que tu as trouvé suffisamment de connaissance pertinente t’amenant à l’Eveil (ou tout au moins une Conscience suffisante) et au Respect, alors il y a une Voie qui s’exprime en un seul mot : LIBRE.

Pas « libérer » car c’est encore trop injonctif, dirigé, FAIT. Non : libre ; que tout ce qui est libre spontanément ou qui veuille être libre le SOIT. Contraindre le moins possible.

LIBRE –

Dimension of fruit

Ne te contracte ni rétracte devant personne Au plus : esquive, évite…

Le 3 obstacles, dans l’ordre : Douleur, Peur, Orgueil peuvent nous mener à produire les 3 Valeurs : Plaisir (le vivre et le produire, sans honte ni refoulement) Courage (qui permet de tenter et affronter tout ce qu’on veut, sans limite) Honnêteté (qui permet la Clarté et par suite l’Efficacité…et le Respect ; permet d’agir optimalement, sans gaspillage, sans frime)

16/08/09 :
S’affairer après les origines du Monde c’est se gaspiller en perdant son temps et s’égarant en futiles spéculations.

Seul importe Ce-qui-EST. Et de Cela nous n’avons qu’une Connaissance partielle et subjectivement déformée.

Il y a Quelque Chose – Cela – qui s’actualise, s’accomplit et le mieux et plus simple est, le plus souvent, d’être de cette actualisation.
Ne résister que si le Monde nous fait néfastement violence, à nous ou à ce(ux) qu’on aime (sujets et objets)

Dé-couvrir que Penser, Réfléchir, Imaginer, se remémorer, vouloir, sont la plupart du temps des résistances, activités qui nous font résister au Monde, résister et retarder, freiner l’actualisation du Monde.

Alors que tout simplement : Etre-Vivre est une Expansion qui dissout à mesure qu’elle actualise, exprime.

Espace, Vide que remplissent les Mouvements de matière.
Du semblant immobile aux ailes de l’oiseau.

Marcher sous la flamme du ciel, terrain plat horizon libre, est un de mes plus grands bonheurs.

Tu es MOUVEMENT. Ne sois ni en avant ni en arrière, ni à côté, ni au-dessus ni au-dessous de ce Mouvement…TOUT toi est là : tu es Mouvement.
(Après, pour certaines raisons tu peux te désynchroniser de l’Elan Spontané, initial, que tu es ; mais la plupart du temps : Sois ton vrai Mouvement spontané).

Le bonheur, aussi indicible que délicat, qu’offre un fruit mûr à point qui se donne sans résistance quand on le cueille. A peine un infime temps d’arrêt dans la courbe menant de la branche au panier. Minuscule « tic ». L’extase en drupe : ces prunes, vertes jaunes, rouges et violettes que le vent nous délivre quand c’est Maintenant.

Ces perles de soleil dont le sucre est l’humeur de la terre.

18/08/09 :
Au niveau psychique il semblerait que ce qui compte, pour l’équilibre personnel, c’est moins l’information (idée-« cristallisation ») que la fluidité du flux énergético-psychique…

A la limite qu’importe ce qu’on pense du moment qu’on ne s’y arrête pas, qu’on ne s’en crispe pas…

Alors que le plus souvent, quand j’estimais devoir être prudent, je suspendais ou rétractais mon souffle (surtout mon inspiration) à présent je décide au contraire soit de le maintenir constant soit même de l’étendre au maximum – surtout au niveau de l’inspiration : j’inspire le plus possible et le plus longtemps (donc lentement et amplement et profondément) possible.
Et je ne considère plus qu’autrui peut percevoir cela. Moi seul sais.

Vraiment comprendre qu’une grande part (sinon TOUTES) de mes résistances, mes crispations, mes efforts sont…du gâchis ! Car inutiles !

Les soucis sont du gâchis. Tous ! S’il y a un problème on s’en occupe, mais le souci EN PLUS est INUTILE.

Ne PLUS SE GASPILLER
Tout est là pour se libérer et décrisper. TOUT !

Vraiment ça M’EXASPERE toute cette énergie-moi que je gaspille en soucis ineptes en volonté de contrôle inappropriée, en habitudes et attitudes – de complaisance envers moi-même et envers autrui.

Ces façons de (me) compliquer au lieu de (me) laisser vivre.
Ces façons de m’empêcher de me vivre pleinement. Moi, et par suite, aussi, autrui.

Cette façon de ne JAMAIS être détendu mais TOUJOURS sous contrôle.

19/08/09 :
Pense à ça et ne l’oublie pas : on peut volontairement TOUT arrêter instantanément, dans la seconde. Il suffit de le vouloir et de le faire. Même de respirer, même de vivre (en recourant au suicide s’il le faut). Alors…les mauvaises habitudes, tu peux les arrêter…MAINTENANT !

Se peut-il que ce corps, si complexe et si parfait de ses veines à ses auto-régulations, soit uniquement la résultante de réactions physico-chimiques FORTUITES ?…

Cela paraît (peut-être même au-delà de notre vision des choses qui pourrait être victime de l’illusion rétrospective) très peu probable, voire impossible.

Et l’Information(s) qui préside à cette édification du corps, constitue-t-elle une Connaissance(s) qui proviendrait de, ou nécessiterait, une Conscience ?

Et l’accomplissement de tous mes processus physiologiques résulte-t-il d’une Intention ?

Et (si oui) cette intention s’étendrait-elle au-delà de mon corps jusqu’à manipuler aussi mon « histoire » ?

Le seul Moi dont je me sente autorisé à parler est un Mélange. Mélange de mémoire (souvenirs, vécu, expériences) , de pensées (processus issus de structures plus ou moins stables, rigides) , de sensations (proprioception et sensations « par l’extérieur ») et de contraintes de l’environnement.

…Je dois me concentrer sur le Sens Vital, la sensation, ressentie en moi, de vivre, d’être présent…!

J’ai écrit en commentaire à une expo de peintures naïves au Luxembourg : « Les « Naïfs »…entre réalité simplifiée et réel fantasmé. Une sublimation de notre mirifique planète ».

Je fais encore (trop) le jeu (pas bienveillant) d’autrui. Cela je dois vraiment le changer. Se désaliéner d’autrui ! Vraiment.

…Et…4ème obstacle…La Méchanceté. Savoir ne pas entrer dans le jeu de celle d’autrui, et ne pas jouer avec la sienne propre.
La méchanceté…

Et la 5ème : la Tristesse. (Que j’ai quand même bien…terrassée. Ce fut la première cible que je me choisis)

En confirmation et ajout à ce que j’écrivais le 11/04/09, un monsieur avec qui j’avais établi contact dans le train (grâce au jeu de Go) il y a plusieurs mois, et que j’ai revu fin juillet, s’est révélé être…Maître de Karaté, représentant directeur technique Europe de l’école Shito ryu SHUKOKAI Union (8ème dan au Japon) Et son école est à Chartres et j’y ai déjà suivi 2 cours et compte m’y inscrire en septembre.
Etonnant tout de même…

21/08/09 :
Ecoute ton corps. Il a TOUJOURS raison – puisque TU ES (ce) CORPS.
Tu ne peux être libre et aise, si ton corps ne l’est pas.
Donc libère ton corps. Laisse-le faire tout ce qu’il veut (une fois que tu as atteint un stade de conscience suffisant, permettant un discernement des vrais dangers)

Si ton corps veut faire quelque chose, un geste, mouvement, FAIS-le – sans aucune considération pour autrui (une fois que tu as atteint le vrai respect d’autrui : ne pas lui nuire; ni physiquement ni psychiquement)

On peut classer les obstacles et les vertus 5 par 5 (une et un pour chaque doigt de chaque main, pour mnémotechnique)
GAUCHE : DROITE :
pouce : Douleur pouce : Plaisir
index : Peur index : Courage
majeur : Méchanceté majeur : Gentillesse
annulaire : Orgueil annulaire : Honnêteté
auriculaire : Tristesse auriculaire : Joie

Amusant…

Cesse de RECOMPOSER.

En fait, je me contracte et crispe physiquement et psychiquement quand je ressens ou anticipe l’énergie (intention) malveillante, agressive d’autrui.

Mais c’est mal approprié. Comme pour un vrai coup, il ne s’agit pas de se crisper pour encaisser mais plutôt D’ESQUIVER.
Je vais m’appliquer à esquiver et détourner, davantage. Et ne plus encaisser. Très intéressant.
Avec les énergies mais sans en rendre conscient autrui : surtout pas qu’il(s)/elle(s) apprenne(nt)

Cela revient (aussi) à « faire AVEC  » ce qui est, AVEC le Monde, et non contre ou « distinct » de lui, crispé sur l’IDEE du SOI. Composer…

Après tout j’ai découvert depuis longtemps le niveau énergétique de l’existence et des rapports ; et même si je me refuse toujours à manipuler autrui, je vais me défendre mieux.

Très très important et utile : la malveillance (d’autrui ou tienne) trouvera en toi ce qui te déplait.
Il t’appartient qu’il ne se trouve rien en toi qui te déplaise. Améliore-toi.

22/08/09 :
Si tu as de la honte en toi, tu seras humilié, si tu as de la peur tu seras menacé, si tu as de la colère tu seras provoqué si tu as de la méchanceté tu seras tenté, si tu as de l’orgueil tu seras flatté…

Prends conscience de cela…Chacun de tes défauts est un accès à toi…

On n’est jamais un Soi autonome et spontané : on est toujours composé d’une partie d’autre que soi et la résultante de ce qui a précédé l’instant…!

C’est pourquoi sitôt qu’on n’est plus seuls, dès qu’on est en présence d’autrui, notre monde notre réalité notre totalité n’est complète qu’avec une part qui provient, volontairement ou non, d’autrui.

Comprendre cela et…moins résister ; sauf si nécessaire.
Vivre « Cela » qui n’est pas intégralement Soi.
Pour cela : maintenir la Clarté de notre conscience, et si autrui semble le mériter : La Conscience formée par la nôtre et celle d’autrui…

Et il ne peut y avoir de Grande Clarté si l’on rejette autrui, sa présence, sa conscience, ses émissions, ses manifestations.

Lorsque tu te sens serré, coincé, étriqué, inspire pleinement et lentement.

23/08/09 :
…parce qu’après le Baiser rien ne rapproche plus que le Rire…

Cesser de compenser (et) de se réfugier et réconforter dans et par l’Imagination.
Etre Ressenti, Sensations : le Sens Vital, Tout ce qui fait que l’on se sent et sait vivant. Aller toujours vers ça et non vers l’idée.

26/08/09 :
La frustration est la principale cause de la violence et de la haine dans le monde…

Il apparait, me semble-t-il, que l’ensemble de l’univers – matériel : « perceptible »…humainement – tend à optimiser tous les processus de son actualisation.

On le constate tant au niveau du vivant, que du « simple » minéral. Et tant au niveau macroscopique que microscopique, classique et quantique.

Même si la « découverte » (puis le « choix ») de la solution optimale se fait APRES différents essais, c’est (quasi) systématiquement la « solution », le processus optimal qui est retenu.

Ce qui va dans le sens d’un « laisser être  » de Soi.
Or, l’optimisation se prouve en terme de rendement : ce qu’on accomplit par rapport à une dépense. Plus grand accomplissement/production pour plus petite dépense.

Mais que vise l’optimisation spontanée dans la nature ? La conservation de l’énergie ; énergie nécessaire au maintien de l’intégrité physique de l’unité concernée.

Mais dans la matière non vivante il n’y a pas de dynamisme, juste une stabilité « presque » parfaite ; le « presque » étant justement la déperdition-dilution-dissipation de l’énergie qui peu à peu entraîne la désagrégation de l’objet.

Pour créer le dynamisme propre au vivant il a donc fallu une « impulsion » énergétique supplémentaire (si l’on exclut toute conscience initiale, antérieure, précédentes, volontaire, toute intention) Probablement le soleil. Mais aussi tout « incident énergétique », un déplacement d’électrons « accidentel ».

Pour obtenir le meilleur rendement il faut éliminer toute « dépense parasite », tout gaspillage.
Donc soit on se contente du simple maintien de l’énergie s’actualisant, soit on donne un but à cette actualisation ; et donc supprimer tout ce qui ne concourt pas à ce but.

Ce n’est pas de Liberté dont il s’agit mais de LIBERATION…

Soit c’est toi, soit c’est pas toi. Toi ou pas toi.
Soit tu actualises toi, soit tu actualises autre chose que toi.
Personnellement je préfère actualiser moi. Comprenne qui peut.

Oui, à chaque instant tu peux être TES Sensations et TES Pensées et TES Actes. Rien d’Autre. A toi de voir… …
Et puisque c’est toi et que tu ne cherches pas à nuire alors laisse (toi) être.

C’est aussi simple que ça.

Ce qui explique que les agressions, la méchanceté me perturbent tant quand elles viennent d’autrui (ou aussi de moi) , car ce sont des intrusions désagréables dans l’espace que je suis. Des intrusions qui polluent, corrompent.
La seule réaction appropriée : rester Soi ! (Une fois qu’on a atteint le stade du vrai pacifisme bien sûr…….Celui qui sait mettre les poings dans la gueule, si nécessaire !)

Mais ne pas en faire une théorie, ni une technique. Ne pas s’y « accrocher », ne pas s’y crisper.

Le plus difficile, et pertinent, face à la méchanceté : la maîtrise de soi. Tenir sa langue et tenir ses membres…

27/08/09 :
Depuis des années (essentiellement pour être sûr de ne pas nuire, ou même seulement heurter, à autrui) je vivais « sur le frein », en me réfrénant sans cesse à tous les niveaux.
Mais enfin…j’abandonne les contraintes. Je ne me contrains plus en rien (sauf UN tabou, une Limite, qui est du coup une…base…)

Plus de contraintes ! Je me laisse être.

C’est…nouveau…

Ni accélérer, ni freiner, ni ralentir : juste TA Vitesse. C’est ça être centré.

28/08/09 :
L’absence de contrainte, c’est CA le « bien vivre » : l’Immédiateté de Soi sans se forcer ni s’empêcher.

J’aime ou j’aime pas, je veux ou pas, je fais ou pas.
« Que ressens-je, que veux-je, que fais-je », trilogie de l’honnête spontanéité.

29/08/09 :
Subitement le Monde existe, dont un centre sensible : Moi. M’apparaît clairement, lourdement, le fait que je suis 2 : celui qui ressent, sensible, et celui « insensible » qui observe « celui qui ressent ».
Ce qui fait que la (ma) Réalité devient tripartite : « Ce qui ressent », « l’Observateur » et « le Monde ».

L’Observateur doit disparaître. Il faut le dissoudre dans « le Ressenti ». Ainsi la Réalité devient bipartite : le Ressenti et le Monde. Pour cela il faut ETRE les Sensations et les Pensées et les Actes ; PAS DE « RECUL », pas de DISTANCE entre la « chose » (sensations, paroles, actes, pensées) et le Soi. Le Soi EST, et non « observe » ou « étudie ».

Faire par la Volonté…,non contraignante, que « l’endroit où ça vit » soit l’unification du Soi et du Monde.
Pas par la volonté, non, mais par la Tension-Mouvement-Poussée de l’Energie-Etre qu’est le Soi qui entre au contact et fusionne grâce à et dans la Sensation, avec le Monde.
…faire disparaître le(s) points de contact(s) entre Si et le Monde, afin qu’il n’existe plus qu’Une Présence, unifiée : unification du Soi et du Monde.
(sans se perdre égarer tromper par/dans la pensée….!)
Pour cela, le déplacement-mouvement de l’Energie-Soi doit être LIBRE, « lui-même », sans contrainte.

Le fait que l’on soit bien unifié (au moins quand on est seul, pas forcément AVEC le Monde) quand on réfléchit, ou observe, avec grand intérêt, (dé)montrer qu’il est utile d’avoir un objectif, pour se pro-jeter, donc qu’il est utile et judicieux d’employer la Volonté (énergie) orientée par l’Intention (Force) pour s’Unifier – avec le Monde.

Le Soi, l’Etre, est Energie. Il suffit donc d’orienter et actualiser cette Energie (grâce à l’Intention) en Fusion avec le Monde.
Vouloir que Soi et le Monde, via et dans les Sensations, soient Une Chose : ….le Connaissant.

30/08/09 :
« L’Observateur » dont je parlais hier est tout simplement : l’Attention.

L’Attention est un Mouvement issu du Soi et dont l’extrémité (à l’opposé de son origine) est un certain espace cognitif.
Or, on peut, et il est intéressant de, s’entraîner à élargir (par la Volonté et l’effort sur ses limites) cet espace.

Voilà un nouvel axe passionnant, d’exercice et recherche : élargir son Attention…

Il s’agit d’ETRE. Etre ce dont on a conscience. Non pas « faire », ni subir, mais ETRE : exister pleinement en ce qui s’actualise, accomplit.

Se manifeste alors la Présence, le rôle central et constitutif, l’Identité du et par et en le Souffle. Le Mouvement intérieur du Soi EST le Souffle.

De même, ne te laisse pas aller, ou manipuler, à être ce que tu n’aimes pas.
SOIS TA PRESENCE AU MONDE.

31/08/09 :
Aller aux abords…
Etendre sans sabords.
La chaleur m’est vivant.
Le ciel clair
et je n’ai pas de visage…

Encore trop
en obstacle
le Sensible…
Je ne danse pas assez –
sur les portées du Monde
aux mélopées des courants d’air.

01/09/09 :
La pensée est décalée, la sensitivité est centrée.

Les séismes en moi…
les spirales, les tornades de pressions et dépressions,
les poussées et les aspirations…
Ne même plus examiner les mouvements de mon corps, mais ETRE ces mouvements ; me mener. Je me mène.

La lumière…c’est l’or du néant, la flamme du vide –

Qu’est-ce qui est en toi ?
Que ressens-tu, que se passe-t-il ?
…En TOI, ô Espace de Sensibilité, Ouverture de l’Univers sur lui-même, champ d’émotions…

Les Sensations : Présences de l’Univers à lui-même. Monologue ?…

Pour aider à développer l’attention, il est très efficace d’apprendre de nouveaux SAVOIRS-FAIRE
La curiosité peut aider à chercher. Développement de Savoir-Faire et Curiosité sont très précieux pour se développer. Oui : la curiosité est vraiment une très précieuse QUALITE !

Je peux me chercher de nouveaux savoirs-faire existants, ou alors m’en « créer », par exemple, en expérimentant les capacités (encore non révélées) de ma conscience…

Par rapport à la Réalité, dont les rapports humains, tout s’accomplit selon des dilatations, poussées et des rétractations, aspirations, extensions ou contractions. C’est tout. Même la « pause » ou stase n’est peut-être elle aussi qu’un mouvement, mais plus lent, mais pas d’immobilité.

Ainsi du coeur,, des poumons, de l’acte copulatoire, de la parole, etc…

A ce titre, il est très important de ne pas « céder sa place » et ne pas céder aux pressions…ou aspirations : occuper et maintenir (affirmer) l’Espace que l’on EST.

Dans la mesure où nos conscience et volonté influent, voire (in)forment notre environnement, et la Réalité en général, notre Intention est donc primordiale…
Voilà pourquoi la Gentillesse est si importante.

En cas d’agression psychique, la première chose à faire est de ne pas faire ce qu’autrui veut qu’on fasse, ne pas subir son influence, donc notamment : ne pas se focaliser sur ce qu’il/elle veut.
Désaliéner son esprit et s’occuper à autre chose ; se focaliser sur un sujet-objet AUTRE, que l’ON choisit.
Car ce qu’on ignore (ne sait pas) ne nous manipule pas…

– Vous connaissez la différence entre un fou et un génie ?
– Non.
– Moi.

Tout ce temps gaspillé à ne pas me vivre !…égaré dans les attitudes…

Je réalise que ma façon de croire, et même ma croyance en Dieu était une façon de regarder en arrière, me menait à regarder en arrière, à rétro-grader par rapport au mouvement vital (mien) qui va de et vers l’avant.
En arrière vers un Dieu/Déesse qui A (dans le passé) créé ou qui a énoncé des lois, ou révélé ; ou regarder en arrière pour scruter les enseignements, mes SOUVENIRS, bref j’orientais toujours mon esprit et ma conscience ANTERIEUREMENT à l’instant présent et A REBOURS du mouvement immédiat progressif.

D’ailleurs, même penser à Dieu/Déesse tendait à me faire scruter en arrière du présent…

Extrêmement intéressant !…
Penser à Dieu tend à…faire régresser !…

Si je suis dans le Présent je ne pense pas à Dieu/déesse, ou alors : je me mets à réaliser que j’envisage vraiment l’in-connu : ni textes précurseurs, ni rien du passé. Non pas… »qu’était Dieu/Déesse » mais qu’EST-il/elle…
Penser à Déesse/Dieu ne doit pas faire régresser mais progresser, mener de l’avant.

Et de fait, la seule chose que je puisse connaître est CE QUI EST : la Présence Actuelle du Monde…!

02/09/09 :
Le sable qui s’émeut, l’eau qui s’excite et l’air qui s’amuse…
La Vie !

Avec le Maintenant uniquement je veux me commettre.
L’Ici est Maintenant et le vrai Maintenant est ici.

03/09/09 :
Plus utile, et efficace, que chercher en quoi on peut avoir le contrôle, il est préférable de chercher, parmi ce qu’on estime devoir être amélioré, en nous et/ou dans le Monde, ce que l’on PEUT changer. Et s’y appliquer.

S’appliquer à changer ce qu’on peut changer. Quand il y a lieu, sinon laisser être.

C’est décidé : j’essaie d’abandonner TOUT contrôle. Je laisse mon corps, mes mouvements, mes envies, mes idées, s’épanouir, librement, sans les retenir ni les forcer. En étant mes attention, conscience, intentions, actions, réactions. Sans rien forcer, sans rien contrôler – juste laisser être.
Sans l’attention « par au-dessus » qui supervise, observe.

Cesser toute CRISPATION de mon énergie-être-Soi !!!…

Il est vrai que ce qui me retient c’est la peur-refus de nuire à autrui ou blesser.
Mais d’autre part, le seul fait de vouloir quelque chose provoque déjà une crispation.

Et là, pour se libérer de ces 2 faits, l’Amour est pertinent et efficace. L’Amour en tant qu’Affection bienveillante passant par la Libération du Soi et d’autrui.
Simplement être en état de Bienveillance pour autrui…

Finalement, sauf en cas d’obstacle, sinon : ETRE au lieu de Vouloir…

D’autant que sinon, et à force, le fait de toujours VOULOIR (pour s’assurer d’être un Soi, libre car volontaire) fini par être motivé par l’orgueil…

De même, (une de mes grosses erreurs) ne pas chercher systématiquement à être (selon) la meilleure actualisation de Soi, car sinon, pour ce faire, on doit pré-analyser toutes les possibilités/options et on perd donc en spontanéité, naturel et donc…honnêteté.

Héhé…
…c’est simple : occupe-toi de ce qui t’intéresse vraiment.

Fais pas semblant…(de penser ci, ou faire ça, ou dire…)

Occupe-toi de ton strict espace au lieu de tenter de le joindre à celui d’autrui.

Afin de contrer, éviter, annuler les « excès de Soi »…: RIRE de Soi.
Je ris de moi ; même : je me moque de moi. Et c’est aussi bon qu’utile et efficace.

Depuis des années en toute circonstance, je m’efforce d’être un artisan de paix.

04/09/09 :
Tout est simple…mais tout se complique dès qu’on s’y implique.

C’est millimètre par millimètre qu’on vit vraiment ;
et non centimètre par centimètre ou pire : mètre par mètre.

De ces jours, la nuit nous rattrape aux matins.
L’été se transforme peu à peu en introduction de l’automne.

J’ai juste légèrement envie de pousser sur toi
autant que tu pousses sur moi, Monde Amphitryon.

Simplement Etre, avec ou selon le moins d’énergie possible, le moins de volonté. Juste : occuper ce qui se produit – mon corps.

L’armée du bonheur.
Le meurtre sympathique.
L’horreur enthousiaste.
Le jeu de la pitié.
Le coléreux amour.
La hache délicate.
Le viol courtois.
La farce sentencieuse.
Le délire pragmatique.
L’enfance sénile.
…Tout cela n’a-t-il pas déjà fait partie du réel ?…

Dans les galeries souterraines parisiennes
je termite mon début de journée.

Je pratique la conscience de façon trop PRIVATIVE.
La conscience et le fait d’être conscient ne doivent pas M’ISOLER ou distinguer du reste du Monde.

Arriver à être conscient et uni au Monde…à la limite : sans « frontière », sans distinction.
Juste…un Lieu du Tout.

Vraiment, en toute chose, à tout instant, chaque moment : Clarifier la Conscience (« la », plutôt que « sa », pour bien confirmer ce que j’écrivais juste avant…)
C’est le vrai, seul et meilleur DEBUT.
Car très souvent dès qu’il y a « perturbation » de la conscience, elle atendance à « s’opacifier » et se resserrer…
Clarifier la Conscience !
Rien de pertinent ne peut être fait sans ce préalable.

06/09/09 :
A l’abri dans le chaud,
la mer jaune derrière les paupières,
face au soleil.
Ce nouveau matin,
ces rayons pour starting-blocks d’un nouveau jour.

07/09/09 :
Sans se contracter, sans se crisper…

Tant que la conscience est mal orientée on ne peut se sentir vraiment bien.

L’existence est beaucoup plus légère quand tu ne t’appesantis pas sur toi : quand tu ne t’attardes pas sur toi.

08/09/09 :
Pour que la conscience soit efficace (permette de bien assurer le rapport avec l’environnement, et avec le Soi) il est indispensable qu’elle soit COMPOSEE, avec une part de Soi sensitive réceptive, et une part du Monde, autre, l’environnement du Soi, qui émette ou soit émanation(s)

Le Mélange-Rencontre-« Confrontation » des 2 crée un Lieu où l’Univers se sait, à l’intérieur du Soi.

09/09/09 :
Le champ est ouvert.
Tout vert ?
Non, transparent, translucide ;
aussi omniprésent qu’invisible,
aussi prégnant qu’impalpable…

Tout ETAIT tentatives.
On ne peut écrire qu’au passé – lecteur légiste.

Le corps c’est le possible atteint.

La constriction sociale…que l’on crée et à laquelle on se soumet – plus ou moins.
Se libérer de cette constriction, cette pression normative qui manipule les comportements. Psychiquement et physiquement. Ne plus « bien faire », mais simplement SE vivre.
Se libérer de la constriction sociale !

(S’aiguiser, se façonner et s’entraîner) Faire de son corps une arme mais s’arranger pour ne pas avoir à sortir du fourreau.
Faire de son corps une arme mais la laisser dans le fourreau.

Et surtout…RIRE DE SOI.

De même, il y a une crispation de la conscience dès qu’on est en présence d’autrui (qu’on le SAIT…car si on ne le sait pas, cette crispation peut ne pas se faire…) Se libérer de cette crispation, la refuser et ne pas la produire ; notamment en se forçant, à rester ouvert et fluide, mouvant.

C’est CELA le point fondamental. Refuser la grande manipulation, le pan-psychisme, la « prise (pensée) en masse »…!

10/09/09 :
Commencer la journée par : Rire de Soi ; de ses préoccupations, de son sérieux, de son orgueil, de ses croyances, ses illusions, etc…

NE TE CACHE PAS ! Ce sont les méchant/e/s qui doivent se cacher. Ne cache pas ton goût esthétique, ton amour. Ne laisse rien ni personne les opprimer, rabrouer, contraindre, cacher, brimer…

Et si tu te frimes tu t’enlises, et tu te contemples tu t’enfermes.
Le Lieu peut être au plaisir
le jouir est en rencontre
oui le désir rencontre.

Animer la chair
sans égoïsme
célébrer la vie
sans défaitisme
soutenir la pulpe
des délices.

Eclats par ci, senteurs par là
lumière rivière
séant océan.

La paix ça se construit ; d’instant en instant. Faut voir c’que t’apportes, ce que tu fais…!

T’as du temps pour la frime ? Pas moi. Pas de temps pour frimer.

Sache apprendre de toute difficulté, de tout obstacle. Apprends – l’UTILE ; l’EFFICACE.

12/09/09 :
Le tout est de ne pas s’isoler du Monde, de la Réalité. Mais au contraire veiller à rester pleinement uni à elle (lui)
C’est en cela, notamment, qu’orienter ses attention et conscience vers l’extérieur de soi, sur le Monde, plutôt qu’à l’intérieur, sur soi, est utile et efficace.
Uni au Monde – même quand il est déplaisant.

C’est d’ailleurs cela, en plus de t’arrêter ,que tentent les malveillant(e)s : te pousser hors du Monde.

Je le réalise-formule enfin :
les malveillant(e)s tentent 2 choses sur autrui : les arrêter dans leur mouvement-être – les immobiliser – et les pousser hors du Monde, les isoler.
Voilà un (double) véritable SECRET !

13/09/09 :
Il ne s’agit pas de FAIRE « les choses » (actes, paroles et même pensées) mais de les VIVRE.
Comprendre cela…et le vivre !

Il s’agit aussi (ainsi) de vivre en sorte de ne pas se CONTRARIER ; ni de soi ni d’autrui. Ne pas se contrarier…
Puis de vivre sans se contraindre.
Jusqu’à enfin se vivre MOUVEMENT (continuel) LIBRE.

Tout ce qui est Présence (sensation) et Volume Existentiels et Mouvements du Soi, est relatif au Souffle. Son amplitude et sa Vitesse.

C’est le fondement.

Watashi-Gong : en quelque affrontement que ce soit (combat à mort, physique, psychique, verbal) évite absolument et garde-toi de toute VANITE, orgueil et fierté, car ce sont parmi les meilleurs moyens dont ton adversaire dispose pour T’ATTIRER, t’amener, à lui, te manipuler.

Dès que tu « saisis » avec l’esprit, tu commences à figer et immobiliser la part de Monde que tu as saisie (j’emploie un M pour Monde, au lieu de monde, à chaque fois que je veux signifier la totalité du monde, de la Réalité (idem pour ce « R »))

ETRE-faisant, VIVRE, au lieu de faire.

De fait, souvent, la prise de contrôle, l’emprise sépare du Monde, isole – en et par Soi.
Et cela fait dépenser plus d’énergie que nécessaire, et rend souvent (mais pas systématiquement, car l peut être utile de s’isoler) moins efficace.

Une belle, blanche bordée de bleu…

La vie, et l’existence, sont un dialogue entre le Monde et Soi.
Ne pas s’en rendre compte est s’enfermer dans un piètre monologue aux étroits soliloques.
Voilà aussi pourquoi et comment il ne faut pas accepter de subir, ni de se faire arrêter ni de se faire pousser hors du monde, par autrui…

Tu peux célébrer la Beauté comme elle le mérite : avec honnêtet, respect et humilité. Et même humour.

C’est comme pour tout le reste : il s’agit de sentir quand tu FORCES le Monde et quand tu ne le forces pas.
Ne le force que s’il te fait violence (ou) obstacle injustifié.

14/09/09 :
C’est simple : il y a des « clefs de voûte » énergétiques des énergies du corps : des endroits où les forces se rassemblent pour se concentrer-resserrer.
Comme la conscience, qui est également énergie (en) mouvement, qui se resserre autour d’un sujet-objet.
On pourrait appeler cela : des noeuds. Le (ou les) noeuds physique et le noeud psychique.

Il s’agit d’identifier ces noeuds : leur localisation et leur force, et de les DE-NOUER, dissoudre.

Afin de rester FLUIDE, en mouvement, continuel, non entravé, non contraint, et dépenser moins d’énergie.

Car dans le cas du noeud physique, il fait (souvent) gaspiller beaucoup d’énergie ; et pour le noeud psychique, il gaspille de l’énergie, et obscurcit la conscience, et ralentit ou fige la conscience.

Bien identifier les NOEUDS ; et les dénouer (sans en créer d’autres)

Nous sommes dans un Monde sensitif et sensuel. Tout ce qui tend à nier, refuser, refouler cela est aussi pervers qu’hypocrite et inapproprié.

Je dépose mes regards
en caresse sur la joue du Monde.
Glisser la douceur, sans pression

Ce qui est intéressant avec le sexe de la femme c’est qu’il est « à vif », fait de chair à vif (et aussi humide et mou et creux ; alors que le sexe de l’homme est de peau – pas à vif – sec et dur, en saillie)

15/09/09 :
C’est parce que j’ai bien appris à me freiner qu’à présent je peux commencer à pratiquer la roue libre…!

Toute étude et tout Savoir-Vivre en découlant ainsi que toute Compétence qui ne s’applique qu’au Soi n’est que NARCISSISME…!

Chaque instant se suffit à lui-même ; indépendamment de ce qui l’a précédé ; se suffit SENSITIVEMENT. Par les sensations qu’il propose, non passées au crible du mental : inquiétude, culpabilité, colère, etc… Sensations brutes.
Tout problème t’aliène, tout souci, toute préoccupation…mais en fait…non !
Non. La seule chose qui te fasse te CRISPER (autour d’elle) c’est…la FAUTE, c’est à dire l’action qui veut volontairement nuire au Monde (d’objets ou sujets) en connaissance de cause, et/ou l’action qui contraint le Monde dans un but égoïste.

Quand tu prends conscience d’une Faute que tu as commis et/ou a (encore) en toi, ne t’appesantis pas dessus ne t’accable pas, ne t’effondres pas sur ou à cause d’elle, ne t’ARRETE pas à cause d’elle mais CONTINUE, VA DE L’AVANT en t’améliorant et en t’en débarrassant : qu’elle n’ait plus de place en toi, qu’elle n’ait plus sa place en toi !

Caresse
la griffe du Monstre…

16/09/09 :
Toujours avoir en tête (se le dire dès le réveil) « : »Clarifier la Conscience, Désaliéner l’Attention, Pousser l’Intention ».

Pour désaliéner il est utile et profitable de laisser l’esprit se mouvoir comme il veut, de son propre mouvement, sans chercher à maîtriser ni ses mouvements (de l’esprit) ni ses directions ni ses sujets éventuels.

Bien souvent le Mouvement intérieur, dont celui de l’esprit, est animé par ou même correspond au mouvement du souffle…

Ne rien « serrer » en soi, ne rien « étreindre », ne rien « saisir » par la pensée.

L’esprit ne doit pas être une fenêtre ouverte, mais l’espace ouvert de la fenêtre : il ne doit pas avoir de BORDS…ni même…de centre.

Il EST et on doit le laisser être (Ne pas chercher à le « centrer ») Veille juste à ce qu’il soit épanoui totalement et pleinement. Ne laisse rien ni personne l’opprimer, l’op-PRESSER. Repousse toute pression.

Pour l’Intention…nos verrons plus tard.

Et si l’Univers se moquait de lui-même ? L’Univers de moquerait de lui-même en se moquant de chaque individu, en tournant chacun/e de nous en ridicule…Car d’une certaine façon nous sommes tous et toutes RIDICULES ; surtout du fait de nos fierté, orgueil, vanité, prétention, attitudes, suffisance, condescendance, complaisance, satisfaction…Nos airs…

Des couleurs dans le translucide

Etre conscient en étant Un, univoque. Et non 2.
Pour bien comprendre ce que cela signifie : quand on rêve, notre être et conscience sont UN, unis ; jusqu’à ce qu’on se scinde, devienne 2, et qu’une des 2 parties réalise que c’est un rêve et/ou se réveille.

C’est cela qu’il faut éliminer : « l’Observateur », le « Témoin ». Etre UN.

…Un coeur de pierre se brise plus certainement qu’un coeur de chair…

En vérité ? Ne baise pas une femme dont tu ne ferais pas la mère de tes enfants.

Que le méchant provocateur ne trouve pas en toi ce qu’il/elle vient y chercher. Donc débarrasse-toi notamment de l’orgueil, la colère, la tristesse, etc…
On peut se débarrasser de TOUT en une seconde. TOUT. Il suffit de…vraiment le LACHER : ça n’existe plus en toi !

Si tu cherches assidûment à être conscient et à développer ta conscience, arrive un moment où t’apparaît l’inutilité de remplir son esprit de pensées, et où tu commences à les empêcher d’apparaître pour peu à peu faire le vide.

Mais après il ne faut pas rester bloqué, aliéné, piégé par « l’arrêt des pensées », l’acte d’arrêter les pensées.
Il faut s’actualiser, accomplir l’énergie-être, AUTREMENT qu’en pensées : par exemple en sensations, en actes…

Peut-on vraiment MAITRISER sa conscience ? N’est-ce pas finalement un phénomène-processus qui s’accomplit de lui-même ?
Il me semble que par la volonté on peut.

De même pour la développer : il faut alors développer sa sensitivité. Or, par le vouloir on peut se rendre plus réceptif : il faut alors « S’OUVRIR », ne plus FAIRE aucune RESISTANCE à quoi que ce soit…Jusqu’à « basculer » dans les sensations pour même dissoudre la volonté qui en tant qu’acte (énergique) serait contrainte, résistance et donc constituerait un obstacle entre le Soi (qu’elle « rigidifie », freine, entrave) et le Monde.

….et arrivé là je me dis que j’ai passé mon temps à enfoncer des portes ouvertes !…Et une fois sorti, par ces portes, de la maison d’aliéné(s)…je commence à VIVRE.

18/09/09 :
Lorsque l’on a supprimé la production de pensées, on ressent en notre conscience-esprit comme une sorte de lourde opaque sourde présence qui peut faire obstacle à notre perception, ou au moins occulter une partie de notre champ cognitif.
Il est préférable de dissoudre cette présence (nommons-la : « la masse psychique ») soit en volontairement dilatant notre champ cognitif (en voulant percevoir plus et mieux) soit en braquant le « faisceau » de notre conscience (mais pas forcément notre attention) notre lucidité sur cette masse comme pour voir à travers : cela a pour effet de la dissiper ; ce qui allège l’esprit et rend plus clair le champ cognitif.

Ne pas compenser. S’accomplir vraiment selon nos désirs et volontés réels, et non pour compenser nos manques.
De même, ne pas se servir du mental pour compenser nos manques. Ne pas compenser !
Faire de sa vie un épanouissement inconditionné et non une compensation.

Ne te préoccupe plus de toi mentalement, de ton « statut », des avis des autres sur toi. Vis PHYSIQUE. Pour toi et autrui ; et non par rapport à autrui.

A chaque instant il y a un seul (?) endroit, Lieu, où tu perçois vraiment ce vers quoi tu es orienté, et où tu es vraiment conscient de l’immédiat. Nommons ça le Lieu. En tout autre endroit tu es A COTE, égaré.
Commence déjà par réaliser cela et traquer continuellement ce LIEU. Sans te perdre, « oublier », dans l’acte même de traquer…!

…Oui, sans forcer sur la volonté, il semble tout de même préférable d’avoir un objectif – aussi ténu soit-il.

(Quand tu laisses vraiment tout Ton monde être, sans intervenir, tu découvres que) le sujet sur lequel ta conscience peut exercer sa « crispation », son Emprise permettant le choix et parfois même le pouvoir d’action, ce sujet tu peux le CHOISIR – selon ce qui t’importe.
Sens ce(s) moment où ta conscience, qui était un espace large intangible, commence à « s’épaissir », s’appesantir et resserrer. Et apprends à maîtriser ce resserrement et cette crispation, et cet alourdissement…!

Mais le mieux, le plus souvent, est de n’être ni lourd, ni resserré, ni crispé…

De même, quand ton espace de conscience, ta sensibilité vitale, et ton énergie vitale sont unifiés en un espace (sensitif et pneumatique…) …, de ton fait et/ou du fait d’autrui,…ne laisse RIEN NI PERSONNE faire PRESSION dessus (ou dedans – beaucoup plus rare) ; en quelque façon que ce soit.

Cette Union est l’état idéal – le mieux est de le PARTAGER : en le diffusant au Monde.

Certes j’ai bien développé ma conscience, mais, par méfiance, je la garde pour moi. Il est pieux de la PARTAGER !…
D’autant plus que sinon tu égo-centrises : tu attires (volontairement ou non) vers ton ego.

Tout mouvement qui n’est pas vraiment Soi (bien comprendre cela) est EGAREMENT, perte et gaspillage. De même pour toute stagnation. Si ce n’est pas toi ne le fais pas.

19/09/09 :
Tout – dont Soi – est Energie, et Mouvements de cette Energie.
Il importe donc que le Sens Vital, la Sensation de Vivre, soit en phase, fusionne, avec ces Mouvements. Tout décalage est retard, tout retard est moindre efficacité qui peut mener à l’erreur (plus ou moins funeste)

Là encore, afin d’être synchrone, il convient de ne pas se crisper.

Occupe-toi des Mouvements : les déplacements de l’énergie ; sans chercher à les fixer. Les Mouvements.

Agréable journée. Un chat noir a déjà disparu,
quand le manège se remet à tourner.
Elle regarde la photo qu’il a prise d’elle…Ils repartent souriants.
Je bois ce thé étrange – le vent taquine les pages du carnet…
Elle est petite à devoir s’aider des mains
pour monter dans le carrosse du manège.
Rousse, sa mère blonde assise en face d’elle.

Libre
c’est la Liberté qui vient manger
C’est le coude sur la table
que je savoure cette soupe raviolis
Mon coude est le pilier
de mon plaisir.

Il n’y a pas une Voie
il y a maintenant
et ce qu’on aime.

Il y a la tentation
de la frime
et il y a plus simple
simple.

Je t’aime Monde

C’est évident ainsi
moins comme ça
mais parfois je préfère
comme ça.

Un bon moyen de ne pas faire le jeu de la haine est…d’en RIRE. Rire de sa propre haine ; mais ne pas la taquiner, ne pas la provoquer, ne pas aller la chercher. Et n’en tirer aucune gloire, ou vanité, aucune prétention aucun orgueil.

Il est des domaines où il est préférable, par respect de l’Amour et des individus, de ne pas aller, ne pas chercher et n’en rien retirer…Des sanctuaires à laisser.

20/09/09 :
L’humain est ainsi fait qu’il/elle est d’autant plus prétentieux qu’il est médiocre.

La contemplation, pour absorbante qu’elle soit, ne procure pas l’Equilibre. Seule l’activité le procure. Cela est dû au fait que tout est en Mouvement(s) alors que la Contemplation est une forme d’immobilisme…

21/09/09 :
En termes d’énergie-(être) ne t’occupe que de ce qui (t’)est UTILE, vraiment utile.

Si la Réalité est une immense Vague, je préfère essayer de (me) surfer, que de me contenter d’être du bois flotté…!

La matière tendant spontanément à adopter des agencements permettant le maintien optimal de son potentiel thermo-dynamique, (à ce qu’il me semble…) on peut considérer que le corps humain fera spontanément de même. Sans qu’il soit nécessaire de faire intervenir la volonté.

La vérité est que je n’ai JAMAIS AUCUN réconfort. Ni amour, ni sexe (que je refuse sans amour, malgré dernier écart – mais pour expérience – de 2004, qui m’ a confirmé en ce sens) ni drogue, ni médicament, ni adrénaline (dangers, risques, etc…)

Mais j’en apprends ceci : à partir du moment où il n’y a pas d’atteinte physique (ni maladie ni accident) et pas de vraie lourde agression mentale (harcèlement ou autre) alors c’est Soi qui décide du poids des choses, de l’impact du vécu.

Et j’estime et décide que RIEN n’est lourd dans ma vie. Non, la solitude elle-même n’est pas lourde. Et pour cause : un manque, une absence ne peut peser.

Et je décide et me focalise sur l’HEUREUX MIRACLE DE LA VIE – CONSCIENTE.

Se méfier que tout cela (ce qui précède) peut mener le Soi à percevoir dans le Monde ce qu’il voudrait percevoir. Notamment en termes de désirs…

Attention à la compensation et aux illusions compensatrices.

Dès que la conscience cesse de se mouvoir elle se fige sur un sujet et génère l’idée, la pensée.
Ce qui fait (se) mouvoir la conscience c’est la volonté/désir et les sensations.

C’est pourquoi sans sollicitation satisfaisante la conscience se réfugie dans/par la pensée.

22/09/09 :
Il ne s’agit pas d’ARRETER (crisper) sa pensée – ce qui entraînerait un BLOCAGE du mental et par suite, d’une partie du psychisme, donc de la conscience – mais plutôt de ne plus PRODUIRE de pensées ; de s’actualiser davantage dans et par les perceptions et la volonté, l’intention…et les désirs.

Bien réaliser cela.

Finalement « qu’importe » (dans une certaine limite) l’environnement dans lequel tu évolues, ce qui compte c’est : à quoi tu appliques ton énergie-soi, à quoi tu consacres ta conscience et à quoi tu livres ton attention.

Et de cela tu peux DECIDER à chaque instant.

En ce sens il s’agit, notamment, de veiller à ce que ni conscience ni attention ne soient obscurcies.

Oui…finalement, à force d’étudier, et vouloir maîtriser, la conscience j’en suis venu à en faire un procédé de CRISPATION de l’énergie-présence psychique ; une façon de figer mon propre flux d’énergie-soi mais aussi, un peu, par répercussion, les sujets que j’observe. Tant il semble que l’observateur influe sur l’observé.

Je dois donc me…pas concentrer…m’orienter vers un seul objectif : être FLUIDE, en tout, vivre CONTINUELLEMENT.

Aucun arrêt, aucune crispation, pas de frein, juste SI NECESSAIRE : de l’ORIENTATION.

Je fais être au lieu de laisser être ; et même ça (laisser être) c’est encore trop « serré ». Juste : être. Vouloir être conscient est l’erreur. Nous SOMMES conscience.
Mais si on laisse totalement être, si tout est de soi-même, en quoi le Soi existe-t-il ? On en revient au…Mouvement. Le Soi est un Mouvement continuel…UNIQUE, qui peut être influencé ; mais AVANT toute influence il est SPONTANE.

C’est ça que je dois ETRE : MON MOUVEMENT, issu de mes profondeurs…!

Oui les deux choses principales pour et dans la conscience : la Clarté et le Mouvement.

Tu dois toujours avoir en tête l’Efficacité. Si tes convictions et/ou choix s’avèrent t’entraver ou empêcher la meilleure efficacité alors change immédiatement et sans tergiverser.

Réaliser à quel point on S’ENFERME soi-même, psychiquement. Chacun/e est son propre geôlier.
On s’enferme ; dans des visions préconçues, mentales, des schémas types, des archétypes, des attitudes, des croyances, des illusions, des conventions, des bienséances, des personnages, des statuts, des habitudes, etc…
On s’enferme et se manipule.

Je BRISE cela, je CHANGE, je me LIBERE en ne me posant plus aucune limite autre que le respect bienveillant d’autrui.

Les soucis sont vraiment inutiles et uniquement nuisibles. Au mieux ils ne résolvent pas le problème et ne servent à rien, au pire ils l’aggravent ou en créent d’autres !

23/09/09 :
Encore une fois, il faut REPOUSSER, SYSTEMATIQUEMENT, toute PRESSION du Monde exercée sur le Soi.
Mais cela doit se faire avec BENEFICE énergétique, cela doit être profitable et non constituer une dépense d’énergie-soi.

Pour cela il suffit de se comporter comme un élastique : toute pression exercée de l’extérieur sur le Soi imprime à ce dernier une tension de sa périphérie vers son intérieur.

Il suffit d’exploiter l’énergie (qui n’est pas nôtre, en fait…) ainsi générée, pour inverser la direction du mouvement et l’orienter soit vers l’émetteur de la pression soit ailleurs. Sans forcer.

Comme si on voulait musculairement pousser quelqu’un sans qu’il s’en rende compte ou s’en offusque.
Que l’émetteur ne comprenne pas que sa pression lui revient.

Comprendre cela est…un vrai très bénéfique secret…!
Et ce, qu’on ait identifié la source émettrice ou non. Se concentrer avant tout sur la pression, non sa source.

Je pense qu’on peut dire que la Réalité est un espace rempli de particules de matière constituée d’énergie, et une partie de cette énergie a une capacité organisationnelle, la conscience, donnant forme à la matière en l’ordonnant.

L’ensemble de la matière est un potentiel énergétique s’actualisant, avec une vitesse propre à chaque particule ainsi qu’à chacune de ses interactions avec son environnement.

Ce qu’il faut c’est tâcher d’être conscient à moindre coût, avec la dépense minimale. Là encore, optimiser : rendement maximal pour dépense minimale. Le tout étant la plus grande clarté.

Dès que l’attention se fixe et surtout CON-CENTRE sur un sujet, cela occulte, en partie ou totalement, pour la conscience le reste du Monde.

Il convient donc de faire attention (…) à garder l’ensemble de la conscience claire, quel que soit le sujet sur lequel s’applique l’attention.

Cela participe du « désaliéner l’attention ».

Là encore ne pas s’arrêter ni « s’appesantir ».

Mon erreur fut de pratiquer la « prise de conscience » : chercher à fixer, figer, crisper, immobiliser en moi la « représentation », le sujet-objet dont j’ai conscience.

Du coup, voulant changer, je débouche sur…qu’est-ce que la conscience ?…

On constate (quasi) quotidiennement l’efficacité capitale de conserver son calme dans les rapports humains. Cela permet de garder les idées claires, de pouvoir se mobiliser complètement sur le propos en cours, et de ne pas se laisser manipuler par autrui.

D’autant que garder son calme est très déstabilisant pour quelqu’un qui voulait orienter le débat par, sur et dans la colère, la violence, etc…

L’essentiel pour garder son calme est : vouloir (préférer) préserver la paix, et ne S’APPUYER n sur la colère, ni sur la haine, ni sur l’orgueil, ni sur la provocation, ni sur la malhonnêteté, ni sur la mauvaise volonté.

S’appuyer sur l’honnêteté (qui implique l’humilité) et la paix.

D’autre part, là encore ne pas CRISPER son corps…

Arriver à exploiter la dose d’énergie qu’est la colère en nous sans se faire manipuler par elle.

Il ne s’agit pas de freiner mais d’orienter. ORIENTER : « tout » est là.

Derrière la colère se cachent l’orgueil (surestimation égoïstement vaniteuse de soi) et la haine (goût pour la destruction méchante)

Une base…Stable. Sur quoi s’appuyer ?…

24/09/09 :
Je tentais de diriger ma vie – dont avant tout ma conscience – par la volonté…Or, il paraît à la fois plus pertinent, plus efficace et plus…facile, de la diriger par l’attention.
(Alors ne pas se piéger à vouloir sur-maîtriser l’attention. Ne pas faire l’énorme ERREUR de chercher à CHOISIR (là où se porte) notre attention)

Porte ton attention vers l’avant (et) vers le présent qui est et arrive, et non vers l’arrière, vers un lieu où tu n’es plus.

25/09/09 :
En toute action tu peux demander de l’aide mais n’attends aucun soutien et ne réponds pas aux sollicitations malveillantes : en toutes choses ne compte que sur toi.

Dans les rapports humains veille à « ne pas mettre la barre trop haut » car si ton ou tes interlocuteurs ne peuvent te suivre ils peuvent se bloquer, du coup, et faire preuve de mauvaise volonté.

Et surtout, ton niveau entre en contact avec son équivalent chez ton interlocuteur mais…il/elle n’en est pas forcément conscient…donc…possibilité de le manipuler (ce que dans la plupart des cas je m’interdis et me suis toujours interdit, du reste)

Psychiquement tu n’es accessible qu’en ce à quoi tu laisses accès.
Mais il est HORS DE QUESTION de se cacher ! Il s’agit juste que les « griffes » des malveillants se referment sur du vide ou sur eux-mêmes.
Comprenne qui peut.

Il est temps de VRAIMENT ABANDONNER le Monde psychique : le Monde (intérieur) des idées, de « voix », de l’imagination et des fantasmes.

Pour me consacrer vraiment à un niveau plus profond et une perception plus pertinente de la Réalité : l’Energie.

Que ressens-je en Energie(s) ?

Les sens classiques (vue, ouïe, toucher, odorat) sont en fait des « éclaireurs » qui nous mettent sur la PISTE de l’Energie, en EFFLEURANT la Réalité.
Plus profond et primordial est ce qu’on RESSENT ENERGETIQUEMENT.

C’est ainsi que je veux vivre…

De fait, TOUT (est) en Moi surgissement et actualisation d’Energies…

26/09/09 :
Deux questions qui n’en font qu’une :
que cherché-je et à quoi servent mes efforts ?

Ils servent à obtenir ce que je cherche : mieux vivre grâce à une meilleure perception du Monde ; ce qui permet de mieux – se – réaliser ce qu’il se passe.

Très importante question, indispensable : qu’est-ce qui me retarde, qu’est-ce qui m’égare ?
La volonté-désir-envie d’être, sinon aimé, du moins accepté et apprécié (à ma valeur) Notamment parce que ça me parait préférable et parce que moi, spontanément, j’accepte et apprécie tout le monde.
Mais j’avais aussi cette envie-souci par altruisme : me faisant porteur de « la Cause » (la conscience éclairée et éclairante de paix, sinon d’amour) j’estimais devoir ne pas déplaire.

J’abandonne cette envie-préoccupation – car ce qui compte c’est tenter d’agir au mieux – or cette envie perturbe et finalement empêche d’agir au mieux.

Ca ne m’intéresse plus, je ne m’y intéresse plus.
Je me contente d’agir pour ce qui me plait : la Constructive Conscience de Paix.

Abandonner l’envie d’être apprécié me LIBERE totalement et définitivement.

Ce qui n’empêche ni contredit en rien le fait de diffuser la paix et la construction et la joie.

Et ne pas se piéger soi-même avec le sentiment de (in)justice…

Ne laisse JAMAIS rien ni personne t’entraîner ou te pousser à la haine. Au pire, laisse le/la haineux à sa haine, et continue d’être porteur et constructeur de paix.

Ce n’est pas parce que tu as conscience de quelque chose qu’autrui aussi.

Prude anse de pas niais…

27/09/09 :
La Conscience semble être un phénomène émergent de la matière humaine, apparaissant quand le corps (l’unité singulière de matière) a atteint un certain niveau d’activité énergétique, caractérisé pour chaque individu par une fréquence vibratoire spécifique elle-même générée par une certaine tension et un certain rythme cardiaques.

Dès lors que le corps fonctionne normalement, dès que la conscience a surgi, on ne peut plus l’empêcher, de façon autonome et naturelle – sauf à parvenir à s’évanouir à volonté ; ce qui semble très difficile sinon impossible.

On peut définir la conscience par l’irruption, intrusion, Présence à l’intérieur de l’individu (surtout au niveau de la boîte crânienne) d’informations extérieures à son corps (mais aussi intérieures pour ce qui est de la proprioception) ; informations relatives à l’environnement de ce corps.

Cependant la conscience semble être une propriété résultant d’un phénomène et d’un processus.
Le phénomène est une « ouverture », peut-être une latence, une stase, à un certain niveau de l’activité énergétique du corps, d’un « espace » permettant le contact (l’accès) ave les émanations du Monde.
(Je considère quasiment irréfutable qu’il y ait des émanations provenant du Monde, de chaque particule, par une forme de rayonnement par exemple, et/ou de transport par la lumière, sinon il serait impossible que quelque chose de l’objet parvienne au sujet observant…)

Mais ce contact est encore comme une imprégnation ; il n’existe que de façon « inerte », passive.
L’éveil rendant la Présence, des informations, active n’intervient qu’après application de la Volonté sur ces informations.

La Volonté étant une Force modifiant, de peu à beaucoup, l’actualisation de l’énergie qu’est le corps – surtout au niveau de la matière cérébrale mais, semble-t-il, partout, de tout le corps – ce ralentissement tend à circonscrire des « endroits » du flux des émanations, et ce faisant, à les mettre en décalage par rapport à l’ensemble des émanations, rendant ces « endroits-lieux » plus « saillants » et du fait de cette « saillance » ces lieux provoque une plus grande réactivité de l’individu : cette réactivité c’est la Conscience.

Le lieu où s’applique le plus intensément la volonté constitue l’attention (Mais cette Volonté peut ne pas être…intentionnelle ; elle peut être simplement réflexe, instinctive, réactionnelle, etc…)

La Conscience est donc constituée d’une Ouverture-Réceptivité(Disponibilité) Réactivité PASSIVE, automatique, spontanée, inévitable et quasi incontrôlable (bien qu’on puisse, volontairement, l’étendre ou la restreindre un peu, semble-t-il, en termes d’espace, de volume) assimilable à un relâchement et (entraînant) une Expansion (même si limitée) à partir d’un centre : le corps de l’individu ; et d’une Force constrictrice, d’une certaine façon opposée à la première propriété « d’ouverture » : la Volonté.

Il convient donc d’étudier la Volonté…

On pourrait dire que les perceptions correspondent à des variations de vitesse des émanations du Monde ;; variations qui à un instant donné sont localisées dans le corps du sujet conscient.

D’une certaine façon nous sommes des Variateurs puis Transformateurs.

28/09/09 :
Il est possible que tout de la vie consciente soit influencé par la volonté, mais il arrive souvent que cette volonté ne soit « que » Force contraignante sans but véritable, sans objectif, sans…INTENTION.
Une simple Force constrictrice.

Il est intéressant d’être attentif à : « quand ressent-on vraiment, dans ce qu’on vit, la présence de la volonté (nôtre ou extérieure) , dans un premier temps. Puis quand ressent-on une Intention, nôtre ou extérieure ?

Mais quoi qu’il en soit, la première chose à surveiller : NE PAS SE GASPILLER !!!
Ne pas gaspiller son énergie-être en activités non indispensables.

Trouver ainsi ce qui est important et ce qui ne l’est pas…

Demain… »enfin » ma coloscopie, pour en avoir le coeur net, savoir si mes gênes intestinales sont psychosomatiques ou ont une cause plus gênante…
Anesthésie générale, tube dans le cul et nuit dans la clinique…Bonheur…

Je vais cesser de me faire chier !
J’ai employé tant d’énergie, tant de mon être, tant de mon temps à me contrarier, me faire violence, me contraindre, me forcer, faire des efforts incessants…tout ça pour finalement ne rien produire, être encore niais et balloté par la gêne acceptée dans certains rapports aux fâcheux/fâcheuses, et pour rester seul, célibataire sans amour…

Je ne regrette rien mais…je vais me vivre PLUS FACILEMENT.
……dit-il !

Mais je suis si névrotiquement exigeant, curieux idéaliste, essentialiste…et indécis et velléitaire…! Irrésolu.

Se stresser c’est se tromper. Se crisper c’est divaguer.
Celui/celle qui se crispe, se stresse, se gaspille et s’égare : se vit mal.
Le stress, la crispation n’est JAMAIS appropriée, jamais adaptée.

Par rapport à la coloscopie…le petit garçon est légèrement inquiet (depuis toujours il entend parler de cette maladie et la déteste, refusant d’en être victime un jour) mais l’adulte non. En fait, je suis pas inquiet, je veux juste être libéré de l’incertitude et de l’attente. Mais je n’ai ni peur ni même inquiétude. Bien que mon mental cherche à se jouer de moi, grâce au petit garçon notamment. P’tit F…Mais il a pas peur, juste : ça l’agace, et le tracasse un peu.

Ils peuvent dire, prétendre et même faire ce qu’ils veulent, je rejette ce que je nomme la philosophie de la résignation. Ne pas être un résigné. J’entends par là tous ceux/celles qui d’une façon ou d’une autre disent : « Y’a un destin, accepte-le » ou « c’est comme ça, faut pas chercher et on n’y peut rien ». Ou pire, plus fallacieux et fourbe, vil même : « Accepte ton destin, réapproprie-le toi et jouis-en »…
…La jouissance du pantin, la liberté du dupe.

29/09/09 :
Ne fais pas de ton Affection pour l’Existence une cause de perte, une faiblesse…Ce ne doit être qu’une Force, et un Avantage. TU ne dois en faire qu’un Avantage.

Cela ne peut être réalisé que par une Honnêteté sans faille : aucune simulation, aucune compensation, aucun refoulement, aucune contrainte (auto-générée ou d’autrui) aucune exagération – aucun Mensonge. Ni aucune complaisance, ni aucune résignation – aucun Abandon de désespoir ou résignation.

Et sans orgueil ! Ni narcissisme, ni égocentrisme.

Bref, en une seule phrase :
NE TE GASPILLE PAS.

30/09/09 :
Parfait ! Mon colon est « normal » de haut en bas, pas même un polype.

En avant…SANS GASPILLAGE !

Peut-être que ce que nous manifestons principalement est en fait notre prétention, notre frime.
Chacun/e présente le visage de son orgueil, et de sa frime.

Si tu te gaspilles à cause de la malveillance, tu es non seulement stupide mais en plus tu lui livres ce qu’elle veut : ta Vie (ton énergie-temps vitaux)

Je serais tenté de me trouver ou créer des sujets « d’explosion » ou au moins « combustion » : des occupations où je me vis en pleine intensité jouissive (comme je le faisais avec les drogues ou les vols…)
Mais…j’estime préférable de ne pas me créer de « niches », qui en fait piègent par les habitudes et une aliénation morbide à certain(s) plaisir(s).

Juste composer avec Ce-Qui-Est dans l’Immédiat…

01/10/09 :
L’essentiel est l’Attention, puisque tu te trouves en majeure partie là où est ton Attention.

Or, on peut remarquer que beaucoup de gens cherchent – consciemment ou non – à capter l’Attention d’autrui.

Il s’agit donc de ne laisser capter – surtout capturer, et/ou manipuler – son Attention par rien ni personne.

Bien discerner cela…

Nathalie K, à raison, se répète plusieurs fois dans la journée : « je suis en paix ».

Ne pas s’y tromper : les arts martiaux ne font pas de l’individu un surhomme…Mais au moins lui enseignent-ils à se servir de son corps de façon offensive (et défensive)

A propos de mes recherches et découvertes…et en règle générale : un Savoir, une Connaissance, pour être utile – effective – ne doit pas être acquise mais INTEGREE : elle doit modifier l’individu, le changer, devenir une partie de lui ; lui, être en partie composé d’elle

Comprendre cela…

Il faut bien le reconnaître, la dernière chose qui m’entrave encore vraiment, m’aliène et me manipule, me forçant dans mes actes dans nombre de cas c’est : la Vanité.
C’est à dire : le refus crispé de…passer pour RIDICULE aux yeux d’autrui. C’est ça et rien d’autre !

Abandonner cette Vanité ! Cette aliénation. Ce « sur-moi » constant qui vérifie « est-ce qu’autrui ne va pas se moquer de moi si je fais ça ? » (Ceci dit ça ne m’empêche pas d’agir, quasi-systématiquement)

Et la Vanité qui consiste à « bien faire » en se référant à autrui, « selon » autrui, pour répondre à ses/leurs critères.

La vanité « peur du ridicule » et la vanité « m’as-tu vu comme j’assure ». En fait, la vanité honteuse et la vanité vantarde. Voilà ce qu’il (me) faut abandonner !

02/10/09 :
Sois pleinement au fait de ton mouvement vital interne continuel…c’est toi !

Watashi-Gong : réalisé hier au karaté : l’importance fondamentale de la DISTANCE, lors d’un affrontement.
Toujours avoir à l’esprit TA distance à l’adversaire, à la fois pour être hors d’atteinte et pour permettre une attente et défense, et pour le frapper le plus efficacement dans l’attaque et contre-attaque (qui doit faire partie, simultanée, de la défense)

Toujours préserver TA distance et même si possible l’imposer à ton adversaire.

Veille à orienter et épanouir ta Conscience (Clarifier) par et en vue d’être Aise. Ne tolère pas une Conscience (de) Malaise ; combats-la, en te décrispant, soulageant, calmant, débarrassant-désaliénant de toute pression, gêne, etc…

watashi-gong : bien avoir à l’esprit que lorsque tu lances un coup tu te découvres et qu’une contre-attaque de ton adversaire est d’autant plus possible et facile.

L’importance et utilité et efficacité des…POSTURES du corps.
Je découvre que non seulement être « avachi », « tassé », « voûté » – debout comme assis – est fatiguant, accablant, non dynamisant, « vieillissant » en donnant au corps de mauvaises habitudes qui impriment, sur et en lui, de mauvaises FORMES, mais en plus se tenir redressé, droit, stable, permet de mieux percevoir et répartir, faire circuler, les énergies (vitales) et est plus dynamisant et éveille.

Pour sentir et effectuer cela, se tenir de façon DYNAMIQUE : où l’on ressent l’énergie SANS la dépenser.
Postures dynamiques !…

Tous mes efforts et quête sont pour me REAPPROPRIER ma Vie ; ne pas être une simple conséquence, mais devenir continuellement une CAUSE ; MA Cause.

Ce n’est pas une démarche sociale ou civique, mais fondamentale : Existentielle.

En m’assumant et contrôlant je me réapproprie la vie qui m’a été imposée, et de « quelque chose » je deviens « Quelqu’Un ».

Finalement je cherche à ce que mes expériences et conceptions du Monde restent en accord avec le consensus majoritaire défini comme étant la Réalité.

Il est temps que je me libère, désaliène de cette conception tronquée de la Réalité, pour vivre davantage…MA réalité.

Sans référence ni comparaison avec la conception « classique ».

Les méchants ?…Ne menons pas LEUR guerre.
Comprenne qui peut.

A chaque étape d’évolution – comme en règle générale – se méfier de son propre orgueil et frime et malhonnêteté (hypocrisie) et méchanceté.
Notamment afin de ne pas devenir, sans s’en rendre compte, un vilain petit tyran…

Quels que soient les prétextes, les « raisons », les causes, ne laisse JAMAIS, JAMAIS la méchanceté être le moteur et/ou le but de tes actes, paroles ou pensées.
Et méfie-toi de la colère car elle est avec le vice et la frustration un chemin rapide et facile vers la méchanceté qui ne provoque que douleur.

Débarrasse-toi de la méchanceté et ne fais pas l’ERREUR de chercher à te nourrir de son énergie.

Quand tu sens cette énergie tu peux alors te concentrer plutôt sur l’énergie et la force de ta discipline et sur celle de ta BIENVEILLANCE, qui lui sont concomitantes (si tu es vraiment bienveillant)…

05/10/09 :
Etre conscient c’est : cesser toute obstruction au Monde, afin qu’il soit Présent en nous et nous présents en lui.
Que tout notre être-espace-(énergie) soit rempli sensiblement du Monde, et que l’espace que nous sommes remplisse sensiblement le Monde.

C’est cette Relation d’interpénétration réciproque qu’il s’agit de ne ni refouler ni contraindre – tout au moins, la plupart du temps. Cette Relation il s’agit de l’Equilibrer en en retirant le plus d’aise, d’agrément, tout en se dépensant le moins possible…

L’élément le plus mobile de cette Relation et de son Equilibre est l’Attention ; la Conscience étant sa Base, et son Centre

De plus en plus m’apparaît un « monde » établi par les pensées, en surface, subjectif (et formé par tous les psychismes de tous les individus) et arbitraire, et un autre monde plus objectif, plus fort, plus profond, plus solide, plus honnête : le monde d’énergie (des énergies)

Quand on veut éviter de gaspiller de l’eau ou du gaz, on coupe le robinet.
Hé bien pour l’énergie, que l’on gaspille le plus souvent à cause de l’impulsion du mental produisant des idées incitatrices, il faut faire de même : couper le robinet de la pensée…!

La plupart (sinon toutes…) des idées et l’importance qu’on leur donne n’ont en fait…AUCUNE importance. Sauf si elles produisent des actes vraiment utiles. Mais la plupart ne sont que ruminations et spéculations aussi compulsives que stériles et inutiles.

Il est souvent plus avantageux de laisser la Réalité – dont Soi – « SE FAIRE », s’actualiser, s’accomplir spontanément, d’elle-même, sans INTERVENIR…plutôt que d’agir volontairement en se DEPENSANT (du coup) beaucoup plus…

Quasiment constamment notre Conscience est remplie de, et même EST, idées – même quand on s’imagine « avoir fait le vide » : bien souvent on est en fait « en suspens », bloqué sur l’idée sourde, silencieuse, de ne pas penser…Erreur et illusion.

Et ces idées sont, souvent, des INTERPRETATIONS du Monde ; des IN-FORM-ations : mises en formes spécifiques, connues, identifiées, préétablies, des émanations du Monde qui rencontrent le Soi

Cesser, et même briser, ces interprétations, ces « mises aux normes », LIBERE la Conscience, la Sensitivité et donc le Soi.

Finalement on se gaspille beaucoup à cause d’autrui : du fait de notre vanité « propre » par rapport à eux, à la leur, et à cause de leurs (stériles, stupides, inutiles, voire uniquement malveillantes) provocations auxquelles on gaspille, utilisent beaucoup d’énergie-être à répondre ou réagir.

Le commencement du « bien-SE-vivre » est : ne pas se GASPILLER.

06/10/09 :
Peut-être que j’ai vécu et vis tout ce qui m’arrive parce que dès le départ, quand j’avais 16 ou 17 ans, en plus du choix d’une honnêteté intellectuelle scrupuleuse et (donc) la plus objective possible, je m’étais choisi 3 « axes » d’effort, quête : d’abord l’équilibre, puis triompher de la peur et enfin me débarrasser de l’orgueil.
Je me souviens très bien que c’était 3 objectifs et préoccupations importantes pour moi. Et j’ai commencé en constatant l’importance de l’équilibre (dans toutes ses significations)
Ce fut sûrement décisif…

Et plus récemment (2002 et 2003) grâce à l’angoisse j’ai découvert que la pire peur ne vient pas de l’extérieur mais, au contraire, de l’intérieur : la peur fondamentale, viscérale, (et) la peur auto-générée.

De même pour l’humilité : il ne s’agit pas d’être « humble pour être humble » mais de SE connaître à sa juste MESURE, non « valeur ».
Savoir ce qu’on FAIT VRAIMENT, qui indique ce que l’on EST vraiment, et non ce qu’on pourrait et non ce qu’on s’imagine, ni ce qu’on (se) prétend.

Apprécier ce que l’on est, au lieu de courir après un fantasme de soi.

Quand on rêve et qu’on prend conscience qu’on est présent (et) conscient…on se réveille. C’est la principale différence entre rêve et éveil : dans l’éveil notre conscience est formée par un BINOME : une partie qui perçoit le Monde (dont Soi) et une autre partie qui perçoit la 1ère et se perçoit elle-même.

Peut-être faut-il essayer d’être conscient seulement avec la première partie, univoque, sans binôme…Essayer.

Ne pas confondre les mouvements de la pensée, de l’imagination, avec les Mouvements de l’énergie-être vitale profonds et spontanés. (Même si les premiers sont composés de la seconde…Mais ce sont des « produits transformés »…)
Discerner cela…

Je me souviens que quand j’ai commencé à vraiment, consciemment et volontairement, me focaliser sur la Conscience j’a découvert la Clarté et spontanément mon Attention était attirée par ce qui se trouvait à la droite de mon corps – systématiquement.
Sachant que le côté gauche est souvent considéré comme néfaste j’ai du coup sciemment orienté mon Attention…vers la gauche ! Quasi systématiquement.

Ce qui fait qu’à présent je (me) sens un « champ ouvert » à gauche tandis qu’à droite c’est devenu moins évident…Du coup je commence à me forcer un peu à prêter attention « au côté droit ». Pour (être) équilibrer ma perception et mon être.

(Je crois que Castaneda parle aussi de « côtés gauche et droit » mais j’ignore dans quel sens car ce n’est pas dans les livres de lui que j’ai lus…)

07/10/69 : …héhé lapsus…
Ca y est petit-F, te voici à 40 ans.
Bonne continuation…

Il faut vivre (avec) la totalité de soi, et non courir après des imaginaires manques.
Si tu vis c’est que tu es viable et vivable, donc que tu te suffis.
Et tout ce qui viendrait en plus aurait la saveur du LUXE.

Dévoiler déplisser décoincer décrisper développer.

Aujourd’hui, à partir d’aujourd’hui, j’abandonne toute CROYANCE, c’est à dire tout repère constitué d’IDEES.
J’avance au Monde, à la Vie, de façon NEUVE, sans ARRIERE pensée, sans référence intellectuelle, mentale.
Juste les Sensations et l’Immédiat Spatial, l’Espace Immédiat et tout ce qui le constitue.
Foin des repères d’idées !…

Fini de se (laisser) manipuler par des idées. Seules comptent les sensations, les émotions et les faits, les actes.

C’est avec/par les pensées que je me crispe le corps. Je change donc cela.

Quoi qu’on fasse, être attentif à son souffle de la même façon que lorsque l’on court ; et de même, le rendre stable et régulier.

Ne te mets pas mal à cause de ce qu’EST autrui (par contre tu peux réagir en fonction de ce qu’il FAIT) car c’est LUI ou ELLE, SA constitution, SON être, pas le TIEN.
Occupe-toi de ce que TU es.

Il faut vraiment que je parvienne à : ce que autrui dit et pense de moi ne me soit d’AUCUNE IMPORTANCE. Tout en étant capable d’écouter, de prêter attention à ce que les gens peuvent me dire de VIVE VOIX.

Ne pas rester cramponné, attaché à son…personnage, sa personne sociale.

Bien respirer (lentement, amplement et complètement) permet d’éveiller et permet (oblige) une bonne une posture.

La vérité ?…Le bonheur est toujours là. Le bonheur est omniprésent : c’est un choix.

La vérité est que mon véritable « poids mort » est MA FRIME (c’est le mot exact) , ma Frime ; tout n’en est que conséquence.

ARRETE TA FRIME ! C’est elle qui rend égocentrique, qui fait se regarder, se comparer par rapport à autrui, « bien agir » par rapport à autrui, etc…

Arrête ta frime !

Le fait d’essayer d’être, et parvenir à être, plus conscient rend d’autant plus perceptible.
Mais il ne s’agit pas pour autant ni de se laisser accessible, ni d’accepter, ni de subir, ni de s’exhiber.
C’est justement là que la frime, ou son absence, fait la différence…Notamment.

Peut-être que…l’Energie du Monde (dont Toi) t’interpelle et te guide, et que la Conscience, qui est une Force (actualisation d’une partie de l’Energie, sise en toi) « choisit », en in-formant ; de même que la Sensitivité (capacité de percevoir) et la Sensibilité (capacité à aimer ou non, être ému on non, apprécier ou non…)

08/10/09 :
Danses des Energies

Et si je n’étais vraiment un Moi
que dans cette sourde colère
aux monstrueuses griffes toujours détournées,
aux crocs rentrés, aux venins ravalés…?

Quelque chose s’amuse en cet Espace de clair-obscur

Soit ! j’abandonne le juge
à lui-même
mais n’en suis que plus prudent,
précautionneux, car c’est l’Amour
la Source.
Et la Priorité de l’Amour
c’est l’Autre.

L’Amour c’est ce qui fait d’autrui la priorité.

Et il n’y a qu’une Valeur…
le Plaisir.

Il faut (savoir) se libérer de ses fantasmes d’enfance – ces idéaux qu’on s’était forgés suite à notre imprégnation par notre environnement et ses idéaux qu’il projetait (sur nous)

09/10/09 :
Pour être au fait (au faîte…) de ce qu’il se passe, il est plus efficace de SE VIVRE à la Vitesse idoine, veiller sur sa Vitesse d’Actualisation plutôt que sur le Lieu où est la Conscience, et/ou le Lieu où on s’actualise.

D’ailleurs, puisque Tout (du Corps) est (en) Mouvement on ne peut ETRE, résider, dans un Lieu ; tout au plus y PASSE-t-on.

De même, pour pouvoir réagir efficacement, la Vitesse est plus importante que le Lieu où l’on est.

Egalement, puisqu’il convient (le plus souvent) de laisser l’Attention libre, le contrôle sur la Vitesse est toujours plus facile. On peut vraiment maîtriser sa Vitesse, et rien que cela finalement est intéressant.
D’ailleurs, peut-être que le seul contrôle réel qu’on puisse exercer est sur notre Vitesse d’actualisation (donc) d’action.

Ceci dit, il est préférable, là aussi, le plus souvent possible de laisser l’actualisation s’accomplir spontanément selon sa Vitesse inhérente, naturelle. Et de n’intervenir que quand nécessaire ou pour optimiser l’efficacité.

Du reste, le Mouvement étant Energie, il a comme toute énergie, sa propre Vitesse d’actualisation. L’Energie EST actualisation, elle est, plus qu’un Etat transitoire, une véritable transition, trans-formation.

C’est mou la femme ???…Comme l’eau alors…

Si je, si je, si je…alors oui !
Donc…

En finir avec l’égocentrisme ! Se tourner résolument vers le Monde.

10/09/09 :
Tant que tu es 2, de par une mauvaise façon d’être conscient, tu te gaspilles, t’égares.
Connaître ou, mieux, savoir c’est être Un – avec le Monde. Savoir qu’on sait ou connait, c’est être deux.

13/10/09 :
Libère ton énergie-être. C’est tout.

Bien faire au lieu de faire bien…

Cette façon qu’a la conscience de s’accrocher aux choses (objets, sujets) Une façon d’agripper, coller…Veiller à ne s’accrocher à rien (sauf si on le veut vraiment) et à ne se laisser accrocher par rien, ni personne.

Ce sont tous ces « accrochages » qui gaspillent, qui nous font le plus nous gaspiller. On s’attache, s’accroche et/ou se laisse accrocher, agripper par des choses…inutiles, et/ou qui ne nous plaisent ni ne nous intéressent.
Etre libre c’est être désaliéné de tous ces accrochages importuns.

14/10/09 :
Pour le Bien-Etre, l’Aise, le Mouvement Personnel doit être épanoui. Pour qu’il le soit, le Souffle doit être pleinement, totalement inspiré puis lentement expiré. Il importe d’inspirer lentement, de tout son être – pas seulement des poumons mais avec tout son corps ; sentir comme tout le corps participe et ressent l’inspiration – jusqu’à être pleinement rempli, mais sans rien forcer ni retenir, puis laisser l’air sortir, le corps le relâcher pour l’expulser.

Tout est et provient du Dé-gourdissement du corps, et le début et la fondation du Dégourdissement c’est la Respiration.

Il n’y a que 2 choses qui comptent et doivent donc occuper : être au fait de Ce-Qui-Est autour et en nous, et être bien dégourdi pour être à même de profiter et réagir à Ce-Qui-Est.

Dégourdir chaque parcelle, chaque fibre de notre corps. A tout instant : debout, assis, en mangeant, en travaillant, etc… Cela se fait en épanouissant-étirant toutes les fibres (muscles, peau, tendons, ligaments, membres, articulations…) de notre corps, surtout (pendant) AVEC l’inspiration, en inspirant amplement, à NOTRE vitesse.

Snif ! Benjamin Fondane…
Merci à toi Ô Philosophe poète existentiel. Merci ! Et maudits soient les nazis !

Incroyable ! Je viens de rencontrer un gars dans le métro : il a une électrode branchée sur le cuir chevelu et reliée à son oreille. Je lui ai donc, délicatement, demandé…Il est sourd complet, et grâce à ce dispositif il entend et peut parler normalement.
! C’est formidable ! Et ça se développe. Génial. Formidables humains…

15/10/09 :
La perception par l’énergie, de l’énergie, permet d’avoir un rapport plus direct, moins interprétatif, une perception moins « passionnelle » moins « personnalisée », moins intellectuelle, sans idées préconçues : on perçoit les énergies en présence.

16/10/09 :
Quelle horreur de se rendre compte que si souvent on « donne le change » à autrui au lieu de chercher à vraiment percevoir le Monde…
Je vais vraiment cesser de « donner le change » !…Cette expression est très appropriée.
Je veux percevoir et « agir-MOI » – non donner le change.

D’autant que dans ma façon de donner ce change je me rends souvent déficitaire, je rends à perte…

Tant que tu ne RESSENS pas profondément ton Bien-Etre, ton Aise (en dehors de maladie ou accident ou faim-soif ou froid) tu ne peux être vraiment complet.

Ce que je veux c’est : ne plus me gaspiller.
Pour cela, le plus important, car le plus dispendieux en gâchis est : arriver à ne plus être gêné par autrui, dans mes interactions avec eux.

Cela nécessite une Honnêteté implacable : faite d’humilité (ne pas prétendre ni simuler ce qui n’est pas vraiment soi, n’est pas en plein accord de soi) et de désaliénation de l’attention et par rapport aux codes sociaux de « bienséance » établis (de « donner le change »)

Cela demande, de fait, résumé en un mot : une inflexible SOBRIETE : être Soi, uniquement Soi. Jusqu’au bout de ses plaisirs – et déplaisirs.

Mais toujours dans l’évitement du conflit (donc) le respect d’autrui.

Le mystère Brooke Greenberg…

18/10/09 :
Je passe à un nouveau stade…qu’il est préférable de garder secret.

20/10/09 :
Souris aux gens aux regards furibards, provocants, agressifs. Souris-leur sans provoquer, sans ironie.
Souris-leur avec affection comme tu sourirais à un enfant. Et sans (trop) insister. Et (surtout) ne perds pas ton sourire, ne te le fais ni laisse voler.

Le mieux pour percevoir Clairement, Clarifier la Conscience et l’Attention, et même pour désaliéner l’Attention, c’est d’orienter son Attention vers les zones « non claires » de notre champ cognitif – que ce soit en nous ou, surtout, dans le Monde extérieur.

Eclaircir les zones « mates » (sombres, obscures – je dis mat car ça s’applique au visuel comme à l’auditif) , avec l’ouïe, la vue, l’odorat, etc… en repoussant les pressions, présences, que sont et provoquent ces zones.

Pas très utile de s’occuper de ce qui est clair puisqu’on le perçoit spontanément et directement, facilement. Non, mieux vaut s’occuper des « régions mates ».

Bien DISCERNER cela…

Finalement c’est surtout la peur du ridicule qui nous étreint…Quelle absurdité. Finalement s’il y a quelque chose de ridicule c’est justement cette peur du ridicule ; car RIEN de ce qui est fait honnêtement et avec coeur n’est ridicule !

22/10/09 :
La pensée est une capacité, une Force, qui manipule une partie du Flux d’Energie qu’est l’individu, en modifiant la Vitesse de ce Flux et en le comprimant pour l’organiser : lui donner Forme(s)
C’est donc une capacité qui a une Emprise sur le Flux.
Or, il ne s’agit pas (contrairement à ce que beaucoup ont écrit) d’ARRETER cette Force, mais de L’EXPLOITER AUTREMENT : de se servir de cette « capacité contraignante », afin (par exemple) de mieux focaliser notre Attention.

D’autant que souvent, arrêter le processus de pensée (en tout cas si on « procède » de façon inadéquate) utilise encore plus d’Energie-Etre.

LIBERE TES MOUVEMENTS…!

Il est important de veiller, en présence d’individus méchants, agressifs (ou) de mauvaise volonté, de ne pas modifier nos rythmes biologiques, ne pas modifier (ne pas accélérer, notamment) notre activité, l’activité de notre Energie-Etre : ainsi on ne subira pas leur influence néfaste.

Lors de ces rencontres, veiller à se calmer, et rester calme. On peut, pour cela, ABAISSER le « Foyer d’activité » de notre Energie, le baisser vers le sol. Car plus ce Foyer (l’endroit où on ressent le plus la chaleur-combustion de notre Energie) monte plus on peut s’énerver…

On peut aussi, dans ces cas là, ne pas faire fusionner notre Souffle avec le Foyer d’activité ; ou alors très attentivement, avec précaution.

Très très important. Bien discerner cela…

Le Foyer et, pour le Souffle, disons…le Réservoir.

Bien discerner (dans tous les sens du verbe) le Foyer et le Réservoir.

Une des pires erreurs face aux adversaires est de ne pas (savoir) s’en servir pour s’améliorer…

Non seulement TU sais, mais LES consciences (la tienne et celles d’autrui) savent – même si les individus n’en sont pas forcément conscients. En fait…une fois atteint un certain niveau, tu entres dans le domaine de LA Conscience ou Méta-Conscience qui est constituée de toutes les consciences individuelles (et « d’autre chose » probablement…)
Et, alors, tu n’es plus au niveau de la Pensée, le Méta-Mental constitué de tous les mentals individuels, ces processus réflexes « automatisés » dans lequel tant d’individus restent piégés, mais bien au niveau de la Méta-Conscience qui n’a plus besoin de mots, d’idées, mais qui est Sensation et Connaissance immédiate de l’essentiel.

Donc…ne te tracasse pas des gens qui, restés au niveau (du) mental (individuel) ou Méta-Mental (pan-individuel) sont désagréables : ils sont piégés, et veulent te piéger ; t’attirer ou te garder dans le petit monde étroit et/car préétabli de la pensée et de la conception classique et réductrice (« aveugle » en fait) du Monde.

Occupe-toi uniquement de ce que tu Sais (par Connaissance, qui fusionne avec la Méta-Conscience) et ce que tu Veux (par libération de ton Mouvement Energie-Etre)

…..La Vérité centrale c’est qu’on…SAIT. On sait « ce qu’il se passe » puisqu’on sait ce qu’on ressent, et ce qu’on aime et ce qu’on n’aime pas. Et finalement, tout le reste n’est qu’interprétations et commentaires.

Or…tout est fait dans…le mode de représentations, psychique, de notre « civilisation » humaine (c’est à dire : tous les pays sauf quelques tribus isolées) pour nous faire considérer qu’on ne sait pas, qu’on ne sait rien.
Socrate lui-même clamait : « je sais que je ne sais rien »…

Mais c’est FAUX. La Vérité c’est que l’on sait, mais que ce que l’on SAIT est…INEXPRIMABLE.
Et la manipulation intervient là précisément : en nous plongeant et forçant à vivre dans un monde de représentations (et non « d’immédiateté ») : de mots, d’idées, de langage – on nous amène à considérer que puisqu’on ne peut l’exprimer alors c’est qu’on ne sait pas.

Mais la question est moins « qu’est-ce que je sais et qu’est-ce que je ne sais pas » que… »que vais-je faire avec ce que je sais ? »

Si question il y a, c’est plutôt celle-ci : « que faire avec ce que je sais ? »


Identifie ce qui t’est le plus cher dans ce Monde…et ensuite traite tout le Monde (de prime abord) avec la même déférence que tu emploies pour cette chose.

23/10/09 :
Une fois que tu as atteint la vraie honnêteté, alors une ligne de conduite dan l’Existence est simple : Tâche d’être CONTENT de toi.

Fais en sorte d’être content de toi.

Toute crispation est une erreur…

Ne donne, ni n’offre, ni même concède au malveillant/e ce qu’il tente de t’arracher…ne leur donne pas ton Calme, pas ton Aise, pas ta Joie, pas ta Sérénité.

Toute stagnation, toute suspension, tout arrêt, toute immobilisation, toute crispation, de l’Energie-Etre, du Soi, nuit au Mouvement naturel du Soi, et est surcroît de dépense de Soi, est gaspillage, est…ERREUR.
Discerner cela…
Veiller à être continuellement fluide.

26/10/09 :
J’y reviens : il est possible que la façon idéale de faire un mouvement, pratiquer un exercice physique, est de le faire à une vitesse et avec un épanouissement (aller au bout de chaque geste) tels que le coeur n’accélère PAS.
Mais on fait tout toujours trop VITE.

Or, il est possible de tout faire sans accélérer le coeur. Le tout est de le faire en pleine conscience, à a vitesse appropriée…

C’est peut-être un des grands « secrets » de la vie…

Ca fait longtemps que je l’ai réalisé et pourtant ne le fais pas.
Peut-être même qu’on peut courir sans que le coeur accélère.

Etudier tout cela..

28/10/09 :
Je distingue : il y a la « Science » et la Conscience.
La « Science » est la perception immédiate de la Réalité, sans volonté, non active.
La Conscience est l’Emprise exercée par le Soi(-Volonté) sur la perception, sur la Science.

Ne s’actualiser en Conscience que quand c’est indispensable. Sinon, être simplement perception, sans Emprise, sans volonté : Science.

29/10/09 :
Etre pleinement Soi c’est ne pas se planquer, quand tant de gens se cachent, et ce n’est pas frimer, contrairement à ce que leurs envie et jalousie prétendent.

Et finalement…seule la vanité nous met mal à l’aise…!

Comprenne qui peut !

Souviens toujours de ça : si tu es mal à l’aise c’est que tu n’es pas vraiment toi(ou, bien sûr, que tu as commis quelque chose d’objectivement répréhensible – indépendamment des normes et morales)

30/10/09 :
Facile de critiquer. Fais mieux que ce que tu critiques ; sinon : tais-toi.

Seuls les cons savent reconnaître les cons…

Il n’y a qu’en étant pleinement Soi qu’on peut être Aise ; et il n’y a qu’en étant pleinement Aise qu’on peut être Soi…

04/11/09 :
Que veux-tu que je te dise ?
Tout est un Délire, et on essaie de souffrir le moins possible. Tout le reste est en sus…

S’agissant de l’Aise, c’est tout simple : soit tu es Aise, te sens bien, et alors profites-en, soit tu te sens Mal-Aise et alors POUSSE sur le malaise que tu t’es créé, et/ou REPOUSSE les Pressions de malaise, issues de l’extérieur.
Mais POUSSE, REPOUSSE ; ne tolère pas, ne subis pas, n’observe pas passivement, le Malaise.

Il ne faut pas regarder le Monde, il faut le VOIR (être VISION).
Discerner cela c’est « Tout » discerner. De même pour écouter et ENTENDRE.

Il faut VOIR et ENTENDRE. Et RESSENTIR, et GOUTER et SENTIR.

Et ne pas quitter le domaine-Monde, la « dimension » de la Vision, ou de l’Audition – que ce soit à cause des pressions ou autres. (Car certaines personnes ne veulent pas qu’on VOIT, qu’on ENTENDE, etc…)

05/11/09 :
Tant que je ne vivrai pas « de façon énergétique » (sensations des énergies, des présences, régulation des énergies, équilibrages des énergies miennes et autres, composition et adaptation avec les Mouvements…) je vivrai seulement superficiellement : dans le monde des idées, de la pensée, du psychisme individuel et du Méta(ou Pan)Psychisme, dans lequel la plupart des gens s’immergent et qui (les) manipule !

D’autant que si on est attentif aux énergies on découvre les vibrations et fréquences qui, elles, peuvent facilement nous mener à rire !…

Le capitalisme c’est le sucre de la dictature, ou la dictature sucrée. La mise à profit des inégalités (par les nantis)

J’ai l’impression, qu’en règle générale, on « gère » mieux le pire que le « simplement » grave…

Une fois que tu as « acquis » (plutôt…compris) la maîtrise…il s’agit alors de…faire le chemin inverse : relâcher toute maîtrise. Apprendre à n’exercer AUCUN contrôle…à se libérer du Pouvoir.

Notamment, ne pas se laisser fasciner, d’une façon ou d’une autre, par le Pouvoir…(que l’on peut exercer, volontairement ou non, sur soi et/ou autrui)

06/11/09 :
Tu peux difficilement changer autrui par contre toi et tout ce qui est en ton pouvoir tu peux les changer et améliorer. C’est donc sur toi que tu dois travailler et concentrer tes efforts.

L’important dans tes rapports à autrui (quand ils sont déplaisants) est la façon dont TU REAGIS
Or, cela tu peux le maîtriser (choisir) et améliorer. Tu dois CHOISIR tes réactions et faire en sorte qu’elles ne te nuisent ni ne te déplaisent.

Voilà le « secret ». Autrui ne doit pas décider de tes réactions, c’est TOI qui doit décider de TES réactions.

Discerne bien cela. En TOUTES circonstances.

Il est important de régulièrement s’interroger sur ses propres défaut. Un gros mien est : je cherche toujours (et trop) l’ASSENTIMENT (et le sentiment…) d’autrui.
Ce qui me fait « regarder en arrière », pour savoir ce qu’il/elle pense.
Je dois me débarrasser de ça.

Ne pas avoir l’orgueil sournois de…ne pas vouloir être orgueilleux pour éviter la critique.

Constamment travailler à s’améliorer, mais pas avec une motivation d’orgueil, prétention ou vanité : pour le progrès objectif de l’humanité et subjectif du soi.

Plus exactement : je suis trop soucieux de comment les gens vont ressentir mon impact sur eux.

Tant que tu rétractes ton champ cognitif, surtout à cause d’autrui – par la pression d’autrui – tu te TROMPES : tu ne peux être pleinement toi. Et tu amenuises le Monde, et fais le jeu des méchants, des voleurs, des tyrans.

Ne rétracte pas ton champ cognitif, ton Espace perceptif (et) vital. Epanouis-le, dans toute son amplitude – de ton être-énergie.
Tout est là.

Il ne s’agit pas de se focaliser et/ou absorber dans l’observation de l’activité mentale, du psychisme – mais de PERCEVOIR le Monde, percevoir Ce-Qui-Est.

07/11/09 :
Pas de frime ! On frime quand on doute, pour se rassurer…

10/11/09 :
Les préceptes des Evangiles sont des conseils non moraux mais bien pragmatiques.
Il ne s’agit pas de quelque morale mais bien plutôt d’avis éclairés et pertinents menant à un vrai Savoir-Vivre efficace évitant les problèmes ( que pourraient créer, par exemple, des satisfactions ponctuelles de plaisirs qui par contre engendreraient de lourds problèmes. Dans le cas des adultères par exemple…)

12/11/09 :
Hier, en ne me laissant pas accaparer par l’imagination concupiscente (…, non non ce n’est pas un discours de prêtre rigoriste) j’ai bien senti la différence entre RESSENTIR les choses, le Monde, et être dans l’imagination, la pensée – qui fait ressentir ce qu’elle projette d’idées en nous.
La différence entre ressentir vraiment « ce qu’il se passe-ce qui est » et vivre en idées corroborées par les sensations qu’elles suscitent…

Je m’applique donc à ressentir – sans penser. Je suis (suivre et être) uniquement les CONTACTS ressentis.

13/11/09 :
Watashi-Do : en combat (comme dans la vie) il ne faut pas « être ses poings, ses pieds », ni « être ses techniques » – encore moins les « avoir ».
C’est à dire : il ne faut pas être crispé par/comme ses poings, cramponné à ses poings ni même « identifié » à ses poings/pieds ; ne pas être campé sur son corps – ni même sur son intention…
Il s’agit d’ETRE intention de vaincre et d’être vigilance. Une vigilance, un éveil orienté vers un seul but : la victoire, une seule intention : se préserver (et) vaincre, se sauver en vainquant.

Ainsi le corps (poings, pieds, …) n’est même plus un outil, ni même un prolongement, pas même une émanation – tout cela indiquant une séparation entre le corps et l’intention, ainsi qu’une distance entre soi et le but.
Non. Le corps doit être : la MANIFESTATION (immédiate) de la Conscience-Intention. Corps (Mouvement-Acte) Conscience et Intention doivent être UN – en Mouvement Continuel.

Il est capital de toujours avoir comme priorité : sa propre préservation. Mieux vaut perdre sans grand dommage physique que vaincre en étant gravement blessé.

D’abord se préserver, puis si possible abattre l’adversaire.

A étudier : le chi nei tsang (Gilles Marin chez Trédaniel)

Savoir se porter, parfois, au lieu de laisser les énergies-présences s’effondrer ou être manipulées par autrui. Porter ses énergies. On peut aussi nommer cela « s’assumer », s’affirmer…
Comprenne qui peut (pour ce qui est des énergies à porter, endosser…)

16/11/09 :
Le problème c’est pas la solitude, le problème c’est l’ennui. Or…je ne m’ennuie jamais. Du fait de mon enthousiasme pour l’existence.

18/11/09 :
Le bonheur a plusieurs cordes à sa harpe.

Qu’est-ce qui distingue l’humain de l’animal ? L’art.

Eviter l’humour poignard…

19/11/09 :
Tant que tu ne LIBERES pas TOUT ce que tu es, tu ne peux être vraiment bien et même… »ça » (le Monde) ne peut aller vraiment bien.
Libérer TOUT : le mental, les gestes, les désirs, la parole, TOUT : l’HONNETETE – de Soi.

(L’ai déjà écrit, me semble 🙂 Nous sommes tous des média (pluriel de médium : au sens de porteur et transmetteur d’informations)

Il s’agit de ne pas bloquer CE-QUI-EST ; ne pas chercher à y appliquer notre Emprise – sauf quand nécessaire.

20/11/09 :
J’en suis encore à me (pré)occuper de l’avis d’autrui sur moi.
Tant que ça sera le cas je ne serai pas libre.
Désaliène-toi de l’avis d’autrui ! et de la vanité qui est, en partie, la cause de cet intérêt pour l’avis d’autrui à notre endroit.

Souris. Souris le plus souvent possible et ne perds pas ton sourire et ne laisse personne te le ravir. Tant il est vrai que nous voulons porter le sourire, cet étendard du bonheur, sur la Terre.

21/11/09 :
Je ne parcourrai jamais toutes les routes…et j’en suis content.

22/11/09 :
Les agressions gratuites ? Qu’importe ! N’y perds pas de temps. Ce qui est injustifié n’a pas à être justifié.

24/11/09 :
Pourquoi ne te consacres-tu pas à ce qui te plait et t’intéresse dans l’instant, et ne libères-tu pas totalement ce que tu es ? Par vanité, qui se pare (et flatte) et dissimule du conformisme, de la norme, qui se soumet et se complait ; par compromission et par faiblesse.

LIBERE-TOI !

Le problème vient souvent d’un cercle vicieux : tu te crispes donc n’es plus vraiment libre, plus vraiment toi-même et te focalises sur les sujets qui te crispent et donc tu te crispes encore plus, demeure crispé…donc tout fait que tu te crispes et ainsi de suite.
Donc…
Décide spontanément, dans l’immédiat, de te décrisper, et ensuite de NE PAS TE CRISPER.

Ne te crispe pas pour rien, reste aussi souple que fluide : CONTINUEL, sans ARRET.

Cesser de simuler par compromission avec le « comme-il-faut ». SOI !

En vérité ça fait des années que je suis bien, je suis AISE, à l’Aise dans ma vie et dans la vie en général. Mais pour et/ou à cause d’autrui je me mets mal…
C’est fini. Ce sont à ceux qui ne sont pas Aise de faire ce qu’il faut pour être Aise, et non l’inverse.

Tous-toutes ensemble – et les mauvaises volontés s’excluent d’elles-mêmes.

Ne résister à CE-QUI-VIENT que si (strictement) nécessaire. De fait…on SAIT.
Donc…ADVENONS.

Comprenne qui peut.

25/11/09 :
Une fois parvenu à un certain niveau de conscience et maîtrise, on SAIT avant même que cela soit formulé ou avéré, ce qui constitue et produit du mauvais esprit, de la mauvaise volonté.
Quand cela vient de nous, le dissoudre ou changer immédiatement, et quand ça vient d’autrui ne pas y prêter le flanc ni s’y intéresser : ne pas en faire (ni être) le jeu.

Ne laisse personne jamais, altérer ton Aise. Il suffit de continuer à être, sans basculer dans la mauvaise volonté (d’agressivité, de maussade, méprisant etc…)

Pour cela le mieux est de garder sa sphère cognitive la plus claire et vaste possible – et ne la laisser obscurcir ou obstruer par rien ni surtout personne.
A noter que clarté et étendue de la sphère cognitive semblent liées ; au même titre que plus la sphère est concentrée, resserrée, moins elle est claire (en général)

Je sais comment (et quand) ma pensée manipule ma conscience et tout mon être, mon Soi, et pourtant ce Soi continue d’observer ce qu’il se passe et se laisse manipuler.
CHANGER cela ! Ne plus permettre au mental dans son ensemble de nuire au Soi.

Toute la différence entre faire bien et bien faire…!

Simple : soit t’es là, soit t’es pas là.
Soit t’es (égaré, enfoui, caché, enseveli) dans tes pensées, soucis, auto-contemplation, soit t’es PRESENT AU MONDE.

Et les agressions (éventuelles) de toutes sortes, d’autrui ne doivent pas te refouler, te faire te recroqueviller, te cacher, etc… Garde ton ESPACE.

Et ne te laisse pas attirer, mener, là où tu sais – par savoir immédiat – qu’autrui veut te mener sans bienveillance.

Que chacun fasse Vivre, manifeste, donne, répande ses qualités, son Amour, sa gentillesse, sa Force Vitale respectueuse…Ne pas cacher, ne pas refouler.
Ne pas priver le Monde de Soi…

Etre gentil est moins difficile que de le rester. Etre gentil n’est pas forcément difficile ; ce qui est difficile c’est de le rester.

26/11/09 :
Les drogues te prennent plus que tu ne les prends…!

A chaque instant, et de façon continuelle ininterrompue, étant immergé dans le Monde et constitué de et par lui, nous sommes exposés à une « infinité » de stimuli : les « émanations » – manifestations de ce Monde, ses actualisations. Notre cerveau filtre une grande partie de ces stimuli. C’est pour cela aussi que nous sommes en décalage par rapport à l’immédiate réalité.
Bien prendre conscience « qu’il se passe toujours plein de choses » et à grande vitesse : l’immédiateté.

Cela stimule…

Peut-être pour être un bon médecin des esprits faut-il soi-même avoir été malade…

Que veux-je ? Je veux percevoir. Alors perçois, mec ! PERCOIS. (Fais tout pour percevoir) Au lieu de penser, réfléchir, imaginer, mentaliser.

Je dois ré-apprendre à VIVRE. Apprendre à vivre. C’est, du reste, ma quête perpétuelle. Apprendre à vivre.
Retrouver l’Honnêteté de l’Immédiateté, la Vérité de la Spontanéité.
La fusion avec le Monde – sensuel(le)

C’est aussi la vanité, l’orgueil, de ne pas vouloir commettre d’erreur – pour ne pas être critiqué…! – qui entrave la spontanéité.

SE LIBERER !!

27/11/09 :
En ce qui concerne ce qui est écrit ci-dessus, le sens du Mouvement Vital qui nous anime, ce Sens est strictement et uniquement PROSPECTIF.
Toute inversion de ce Mouvement (retour vers le Soi, inhibition, refoulement) est ERREUR.
Il est indispensable de percevoir cela.

Quand la frime menace, RIS d’elle ! Et ris de toi !

28/11/09 :
Dans ce mode de vie et cette société (occidentale) où l’apparence, le strass, la frime, le bluff, l’épat’, le « fric pour le fric », la superficialité et les fausses valeurs (creuses) sont si importants pour beaucoup de gens, il n’est pas étonnant que le poker ait tant de succès.
C’est très révélateur de cette époque.

On loupe souvent le premier pas – c’est une des magies de la Vie, sa liberté – le tout est de (savoir) continuer.

Il me semble que nous sommes toutes et tous des maisons dans lesquelles Déesse-Dieu vient ou ne vient pas – selon qu’elles sont accueillantes ou non…

30/11/09 :
Si tu retiens (ou) contrôles tes ressentis, sensations, de plaisir, tu ne peux plus être ni libre ni Aise.

La façon dont on ressent – et dont se comportent – les énergies lors de l’endormissement, quand on est couché…CELA est très instructif, sur quoi et comment vivre…
Vraiment.

Ce que je cherche ? L’HORIZON.
L’horizon…

01/12/09 :
Ca vous étonne que j’aime la raie alitée ?

02/12/09 :
Une fois que tu as atteint un certain niveau de progrès spirituel – qui correspond à un certain humanisme – l’agressivité, la malhonnêteté, la mesquinerie, la méchanceté : tout ce qui constitue le mauvais esprit, la mauvaise volonté, est ressenti comme une présence désagréable en toi.
Chasse hors de toi, et ne laisse pas y pénétrer, tout ce que tu trouves et sais désagréable.

Certes, si tu prétends être libre – désaliéné – et suffisamment « éveillé » alors reconnais qu’il n’appartient qu’à toi que le mauvais esprit, la mauvaise volonté (qui en plus sont porteurs de mauvaise humeur) n’aient pas droit de cité en toi…

Ne les accepte pas d’autrui et ne les produis pas toi-même.

En « situation difficile », face à des mauvaises volontés, le simple fait de formuler sa conscience, et/ou de l’arrêter : de PRENDRE conscience, au lieu d’ETRE conscient, c’est déjà prendre le risque de s’orienter vers là où on ne voudrait pas.
Dans ces cas (notamment) être LARGE, FLUIDE, MOUVANT, CONTINUEL : continuellement mouvant. Que ce soit le Mouvement « d’ambiance » ou général, ou alors le Mouvement que l’on initie de soi(même) Il s’agit de choisir SON Mouvement.

03/12/09 :
Discerner que toute émotion, (comme toute pensée) est (ou au moins : correspond à) un « état », une organisation psychique, elle-même due à une certaine répartition de l’énergie-être, peut permettre de maîtriser et même choisir ses émotions.
Permettre de se libérer de la contingence et des influences extérieures. Et d’opter résolument pour la joie, et l’amusement, par exemple.
Je commence à pratiquer cela (de nouveau) Ce n’est pas artificiel ou faux. Au contraire, c’est…MOI.

Se désaliéner, libérer totalement et définitivement de la voie mortifère, le comportement moribond, morbide, de beaucoup de gens. Refuser de se comporter comme ceux qui font la gueule, ont des visages « inamicaux, fermés, agressifs, hautains, déprimants et dépressifs, apeurés, enfermés, imbus, prétentieux.

Un des secrets du bonheur : ne faire DEPENDRE son bien-être de RIEN ni PERSONNE.
Et ainsi, jouir de CE QUI EST (qui commence avec-en-par Soi)

Vraiment : en dehors des 6 besoins fondamentaux, ne dépends de RIEN ni PERSONNE.

Qu’importe les écrits et les discours, les blah blah…il n’y a qu’une chose qui vaille : ce que tu FAIS. Tu (n’)es (que) ce que tu fais ! Point.

Par « faire » j’entends : ce qu’on accomplit consciemment et intentionnellement.
Sinon, ce qui se fait par nous mais sans notre vrai agrément, cela « se fait » mais on ne « le fait » pas.

ON EST CE QU’ON FAIT.

04/12/09 :
Aussi important qu’étonnant et intéressant : pour VOIR il est plus efficace de tourner les yeux plutôt que tourner la tête, vers l’endroit qu’on veut voir.
On perçoit mieux, et davantage, les choses en orientant nos yeux vers elles plutôt que notre tête avec les yeux fixes.
C’est surprenant. Quand on tourne la tête, en fait on regarde au lieu de voir ; ou alors il faut faire un effort.

Pour voir sur les côtés il faut tourner les yeux en gardant la tête droite et non tourner la tête en gardant les yeux droits.

La différence est vraiment nette…

06/12/09 :
Pour Aurélie D, morte, j’ai envoyé comme mail à ses parents :
face aux douleurs que nous rencontrons dans l’existence, essayons de ne pas faire de notre amour une source de tristesse.

Cela me semble très pertinent et dépasser le cas de la mort, pour une portée plus générale.
C’est pour ça que je le réécris ici, pour son utilité, et non (seulement – vanité vanité…) pour m’auto-citer.

07/12/09 :
Le cynisme est le pus des aigris.

08/12/09 :
Ce que l’orgueil d’autrui fait résonner et excite en toi c’est…ton propre orgueil !
Médite cela…

Oh oui ! le principal obstacle de l’humain, ce qui l’entrave le plus c’est son ORGUEIL !!!
L’empêchant ou au contraire le forçant à agir.

09/12/09 :
Watashi-Do : si tu sais t’appuyer sur ton adversaire, tu triompheras toujours de lui – et facilement !

S’appuyer : c’est à dire, chaque mouvement qu’il fait rend une partie de son corps, ou même l’intégralité, disponible, accessible à tes attaques, et te permet de savoir immédiatement comment te placer.
On pourrait résumer par : si tu es prêt, celui qui t’attaque t’offre la victoire.

Partant de cela, tu dois toi-même avoir à l’esprit que TA première attaque compte moins que la SECONDE. La première sert à déstabiliser et affaiblir ton adversaire, la seconde à le détruire.
C’est pourquoi il est bon d’opter pour : 1ère attaque rapide et légère, et seconde attaque (tout de suite après) très rapide et lourde.

Continuellement (sauf en cas de douleur physique accaparante – et encore…) prendre conscience du PLAISIR intense que l’on ressent dans son corps.
Surtout à certains endroits, qui varient : les pieds, le ventre, les mains, le sexe, l’anus, le nez, etc… Prendre conscience du plaisir qu’a le corps à « simplement » être vivant…
Profiter de ce plaisir, puis…l’étendre à autrui…

Cette sorte de…SAVEUR fantôme que j’envisage, imagine, espère, crois atteindre un jour…c’est CELA que je dois dissoudre, dont je dois me défaire. Me désillusionner – de cette chimère.
Cette Saveur (vraiment) dans la bouche, et dans l’esprit…mélange d’amour et d’ambition artistique – le tout fondé sur des rêves-fantasmes infantiles, issus et importés de mon enfance…
M’en débarrasser – sans pour autant y renoncer. Mais ne plus m’appuyer dessus ni me le mettre en horizon.

10/12/09 :
Si tu ne prends pas le TEMPS d’INSPIRER pleinement, comme ton corps-toi l’exige, le veut, en a besoin, à TA Vitesse et TON rythme, alors tout ton être est incomplet, bancal, incertain, fragile.
Si tu ne dois faire qu’une chose c’est INSPIRER PLEINEMENT A TA VITESSE.
Tout le reste dépend de ça.
Tant que tu ne l’auras pas assimilé « ça » ne pourra aller vraiment.

Watashi-Do : le combat n’est pas un sport. Il n’y a pas plusieurs manches, et pas de règles. Une seule manche, très courte, décisive, et sans règle.
Ton engagement doit donc être : immédiat, total et résolu – mettre hors d’état de nuire le plus vite possible ton ou tes adversaires.

11/12/09 :
Watashi-Do : en combat, une des plus sures façons de toucher l’adversaire est d’anticiper son attaque, l’esquiver ou parer et le frapper en contre-attaque immédiatement après, alors que sa garde et lui-même sont déstabilisés, découverts et affaiblis et/ou qu’il se retire, rétracte.
Ou encore, de l’attaquer/contre-attaquer juste avant qu’il ne lance son attaque, ce qui est pour lui une période de suspens, ou encore pendant son attaque en l’ayant esquivé(e).

On retrouve : savoir s’appuyer sur l’adversaire.

Il peut être utile et efficace, aussi, d’étourdir d’attaques ininterrompues son adversaire, sans lui laisser le temps de se ressaisir (très important, sinon gare à la contre-attaque) notamment en le poussant/pressant là où il est déstabilisé, déséquilibré, et enfin dès qu’on le perçoit égaré, perdu, alors le frapper fort pour en finir.

Si le combat est long, éviter de répéter cette tactique sinon l’adversaire se renforcera en défense ou contre-attaquera;

Watashi-Do : en combat il ne faut pas regarder (son ou ses adversaire) pour voir, mais pour SAVOIR.
Trouver le regard, le VOIR qui ne permet pas de voir l’adversaire et ses mouvements, mais bien plus : trouver le regard, la vision qui permet de SAVOIR ce que veut faire l’adversaire, ce qu’il veut et comment il est – se sent – en lui-même et ainsi d’anticiper tous ses actes.
Trouver cela ! C’est fondamental. – C’est ce que je pratique. (Ca rejoint le Savoir Immédiat, informulable)
Ne pas contrefaire ce qui se manifeste… …Voilà une Vérité, une Voie. Comprenne qui peut.

Ne pas contrefaire ce qui se manifeste…

Une loi double ou plutôt ambivalente ou en binôme semble animer et même peut-être ETRE l’Univers : l’EQUILIBRE.
La matière semble à la fois animée par un élan qui est déséquilibre engendrant et permettant mouvement et évolution (progression et/ou régression) et en même temps une activité tendant à obtenir une stase, stagnation : un équilibre afin que sa dissolution, la perte de l’énergie la composant, la constituant soit la plus lente possible.

Tout est Energie et le fait de traiter cette énergie de façon à créer un Equilibre entre toutes les énergies qu’on perçoit (dont Soi) peut permettre une approche satisfaisante pour toutes les énergies en présence : une Satisfaction.
Sachant que cet Equilibre, du fait de l’ELAN inhérent à l’Univers entier, se doit d’être PROSPECTIF pas statique.
Equilibrer…Voilà une démarche…

12/12/09 :
Peut-être l’Amour et Dieu-Déesse ne sont-ils que des fantasmes, projections de nos aspirations absolues à la perfection et à l’éternité.
Mais au moins dans cette Existence existe-t-il l’Affection et la Conscience.
C’est déjà beaucoup à rencontrer et à faire vivre…

Courte déclaration au réveil :
le Monde et l’Existence en son sein peuvent être plaisants, et je peux m’appliquer à les entretenir et les améliorer.

14/12/09 :
On ne peut VOIR que si on s’actualise à notre Vitesse optimale. On ne peut VOIR qu’en s’actualisant à la bonne Vitesse.
Comprenne…

Tout est extrêmement simple (mais pas forcément facile…) : pour Savoir (bien) Vivre il faut et suffit de Percevoir Clairement et Agir à la Pertinente Vitesse.
Conscience Claire et Vitesse Optimale. Or, elles sont interdépendantes, réciproques : pour adopter, s’actualiser à, la bonne Vitesse, il faut être Clair de Conscience, et pour avoir la Conscience Claire il faut s’actualiser à la Vitesse Optimale.

Donc…la Base, le départ, le Principe c’est l’Honnêteté : être scrupuleusement Soi, et rien d’autre ; ne jamais simuler, ni compromettre ; c’est à dire : ne manifester et accomplir que ce que l’on ressent de tout son corps sans répugnance – ce qui nous est naturel, ce qui ne nous fait pas violence. Ni se forcer ni se contraindre.

Conscience Claire – Vitesse Optimale ; les deux, grâce à, et à partir de, l’Equilibre.
Conscience Claire : ne pas faire obstacle au Monde, n’être en rien un obstacle au Monde – sauf à empêcher le nuisible. Etre simples et spontanées Perceptions – sans résistance ni forcer.

Vitesse Optimale : sentir le(s) Mouvement(s) que l’on est et qui nous anime(nt) et les accomplir avec une dépense d’énergie minimale. Et s’il y a un but : la dépense d’énergie permettant le rendement maximal : le plus obtenu pour le moins dépensé.

Abandonne ton orgueil, véritable infection pour le Soi ; et laisse l’orgueil d’autrui à lui/elle-même, comme la peste. L’orgueil : ce ferment de corruption.

Watashi-Do : toujours avoir à l’esprit que quand tu attaques, si tu parviens à toucher ton adversaire cela implique que lui aussi peut alors te toucher.
C’est pourquoi une des plus sures façons de toucher est : en contre-attaque, et/ou sur/pendant l’attaque de ton adversaire qui alors s’ouvre et même « s’offre » à toi si tu sais y faire.

Il est également fondamental de bien s’appliquer à PERCEVOIR l’adversaire (sans se laisser « capturer » par lui, sans se fasciner !!) au lieu d’être accaparé par notre propre agressivité et/ou volonté de l’atteindre.
Bien discerner cela…

L’art de vivre que je suis en train d’élaborer est le WATASHI-GONG. Watashi : Soi, en japonais, et Gong : exercice et habileté en chinois.
Watashi-Gong : l’efficacité de Soi.

En tout temps, et l’essentiel, est de s’exerce : Watashi-Gong. Dégourdir le corps, se tenir prêt et s’entrainer.
Et puis il y a l’aspect combat.
Quand on s’y résout alors on choisit la Voie du combat, la Voie qui engage le Soi à mort : c’est alors le Watashi-Do : la Voie du Soi.

Ceci pour expliquer les distinctions que je fais entre Watashi-Gong : portée générale, constante et non « martiale », et Watashi-Do spécialisée combat.
Mais pour qui sait, ce qui vaut pour le Watashi-Do peut aussi s’appliquer à la vie en général, au Watashi-Gong…

Un des plus simples et plus importants secrets du Savoir-Vivre est : savoir distinguer entre ce qui est utile et ce qui est inutile – et s’appliquer uniquement à l’utile.

15/12/09 :
Aie toujours à l’esprit que tu n’es complet qu’avec le reste du Monde, des éléments extérieurs à toi.
En conséquence, considère que ce que tu es vraiment c’est TOUT CE QUE TU PERCOIS – surtout au-delà des frontières de ton corps : oriente ton attention et tes capacités cognitives vers l’extérieur de toi, vers le Monde.
Sinon, tu ne dépasses pas l’égocentrisme et le narcissisme
Discerne bien cela.

Finalement il est inutile de s’inquiéter des interférences psychiques, des interactions, influences, avec autrui ; car très très rares sont ceux/celles qui ont un réel pouvoir à ce niveau là – et quand nécessaire, on SAIT quoi faire
Par contre, ça reste très intéressant ; un vrai JEU : comment bien vivre chaque modification de notre propre conscience suite à la présence-conscience d’autrui ? Voilà une intéressante question, et passionnante occupation..
Mais ne plus s’en importuner, ne plus s’en poser problème, ne plus prendre ça comme une difficulté

Déjà, le positionnement de base est, et doit rester : le sourire et l’amusement ; surtout intérieurs. La fréquence-vibration du RIRE.
De fait, quand on a atteint un certain, VRAI, niveau de Savoir-Vivre, Eveil, alors on atteint à…la JOIE. Le tout, comme pour la gentillesse, est de ne pas la perdre, pas la corrompre soi-même, ni la laisser corrompre par rien ni personne.

Un Mouvement prospectif qui nous dissout (nous donne la sensation de FONDRE) en même temps qu’il nous actualise-manifeste-révèle : c’est ça VIVRE.
Tant qu’on n’est pas (à) l’extrémité de ce Mouvement, ressentant totalement – de tout notre être – la Dissolution-Actualisation simultanée, on ne vit PAS ; on fonctionne seulement.

D’une certaine façon, je viens d’écrire la totalité de ma conception du vivre.

En conséquence, tant que tu le peux, ne te laisse pas bousculer par le Monde. C’est à dire : ne laisse rien ni personne te pousser, t’amener à changer (généralement ACCELERER…ou ralentir, c’est selon…) ta Vitesse d’actualisation, TA Vitesse.
Conserve-la. A ton rythme.
Au pire, esquive, et sinon résiste : SOIS – TOI.

De même, le bien-être S’ACQUIERT, se mérite car se gagne, par un effort CONTINUEL QUOTIDIEN. Sans relâche.

Le VRAI bien-être se CONQUIERT. Comme la Liberté – ils sont jumeaux, vont de pair.

« Pour vivre heureux, vivons cachés » ? Morale de blatte ! Philosophie de rat.

16/12/09 :
Une effective façon de vraiment percevoir le Monde est d’adopter une perception AMPLE ; la plus large possible. OUVRIR son champ cognitif.
Et pour ce faire, en ce qui concerne la vue, il est très efficace (et utile) de s’occuper davantage de ce qui se passe à la PERIPHERIE qu’au milieu.
Voir par les bords en quelque sorte…
Fais-le.

De même, va au bout de chacune de tes sensations jusqu’à ressentir une limite, une résistance, une CONSISTANCE – du Monde.

Mon comportement vis à vis d’autrui s’explique par une chose : je déteste ressentir leur méchanceté, elle me répugne.

Le Sourire entraîne le Sourire, voire appelle le Sourire. De même le Rire entraîne le Rire.
Souris et Ris !
Découvre la vibration-fréquence qui t’anime (continuellement) et qui est celle du Sourire…Vraiment !

Si on considère être dans une maison en flammes, il y a ceux/celles qui se lamentent, hurlent, maugréent, il y a ceux qui se résignent, ceux qui s’en prennent aux autres…et puis il y a ceux/celles qui cherchent une issue et ceux/celles qui essaient d’éteindre le feu.

Oui, on peut éteindre le feu ; il suffit d’agir pour l’éteindre !
Souris.
Et éviter d’en allumer.

Tout est dans les détails car le Tout est composé de détails.
Etre attentif aux détails.

Il n’y a pas de petit doute – il peut mener à une grande réalisation.

Watashi-Do : Musashi a dit « Toute défaite provient d’une erreur. Il faut principalement s’attacher à rechercher comment ne pas commettre d’erreur ».
Très très pertinent.

17/12/09 :
La présence d’autrui et/ou prendre conscience de sa présence, a tendance – instinct de préservation – à faire que l’on se contracte, crispe – plus ou moins.
Dès lors qu’on sait qu’il n’y a pas de danger physique, veiller à ne pas se contracter, pas crisper. Rester « étendu » au niveau de la conscience et des perceptions, souple et fluide au niveau du corps et de ses forces, énergies.

Cela se fait en étant conscient du Mouvement continuel (et que l’on doit veiller à laisser continuel) qui nous anime. On doit veiller à la nature de ce Mouvement : est-il notre strict Mouvement ou est-il un mélange de nous et de mouvements-influence extérieurs à nous ?
Dans tous les cas veiller à ce que ce Mouvement ne nous soit pas désagréable, ne nous fasse pas violence ; et veiller à ses orientations-directions : ne pas aller vers là où on n’aime pas, ne pas se laisser capter ni manipuler ni arrêter ni accélérer ni ralentir.

Préserver la liberté de notre Mouvement : notre évolution continuelle.

De même notre conscience est un Espace de Présence(s). Il y a des Présences, dans cet Espace, qui ne sont pas nôtres, pas nous. Nous devons veiller à ce que ces présences ne nous altèrent pas : ne nous modifient pas d’une façon qui nous déplait.

Elles nous modifient inévitablement puisqu’étant dans, faisant partie de, l’Espace dont notre conscience est composée, mais il nous appartient de faire en sorte qu’elles ne nous corrompent ni manipulent.
Pour cela, se focaliser sur ce qui nous IMPORTE vraiment.

Reste cet Espace…d’ailleurs la Réalité vécue se résume à : un Espace, des Présences, des Mouvements. C’est cela qu’il faut vivre et étudier.

Tout est Espace, et gestion de cet Espace : occupation de NOTRE Espace…

Identifie scrupuleusement TOUS tes défauts et erreurs, qui ont pour origine des ERREURS MENTALES, idées erronées, et RECTIFIE-TOI sans aucune complaisance !

Pour la maîtrise : adopter le CALME – la sure vitesse.

Au lieu de pester contre une contrariété, trouves-en l’avantage.
Pester est rarement utile ; optimiser l’est toujours.

Je crois l’avoir déjà écrit mais c’est très important : il est inapproprié (car inefficace) d’être grossier. Mieux vaut formuler exactement ce qui nous dérange, c’est nettement plus efficace et utile…

18/12/09 :
Tu peux être gentil avec le méchant/e, mais ne le sois pas à ton détriment, à tes dépens.

Tout simple : N’ENCOMBRE pas ton esprit – car cela encombre le corps Et n’encombre pas ton corps car cela encombre l’esprit.
Bref : NE T’ENCOMBRE PAS.

Ne porte qu’un sourire…

Je pense que ce qui m’a beaucoup aidé depuis le début de mes recherches, me forçant à adopter une discipline et une attention, application, réelles c’est de comprendre que si on décide d’entrer dans un combat physique alors c’est avec le risque de mourir, un combat total et absolu – donc il ne s’agit pas de jouer ou faire semblant. Cela participe de ce que je nomme « le sérieux de la vie » (Ha ha ha…)

Encore une fois : le point de départ est la CLARTE. Clarifie ta conscience. Dissipe la moindre opacité en toi, dans ta conscience, dans ta vision, tes perceptions – même tes pensées.
Pas de flou, pas de sombre, pas d’opaque – CLAIR.

Ne t’obscurcis et ne te laisse obscurcir par RIEN ni PERSONNE. Telle est la base.

Le pire des défauts, qui engendre tous les autres : la mauvaise volonté.
Ne commets surtout pas l’erreur de considérer que tous tes interlocuteurs/trices sont de bonne volonté…!

Veille sur ta Vitesse – d’actualisation – ne laisse personne la modifier (sans ton assentiment)

En tout temps il t’appartient de veiller à ce qu’aucune partie de ton Etre-Energie – ton corps – (dont ta conscience) ne soit crispée, contractée et/ou obscure, opaque, floue, sombre, et/ou lourde, pesante, ni ne soit encombrée par quelque présence malveillante (de toi ou/et d’autrui) Ton bien-être, ta liberté et ton efficacité en dépendent.

Le mal n’enseigne que le mal.
Il n’y a rien d’intéressant, de vraiment instructif à taquiner le mal ; juste le risque de…devenir mauvais.

19/12/09 :
Watashi-Do :
Bouger sans appuis.
Aucun geste inutile Pas d’esbroufe.

20/12/09 :
Etonnant comme ma quête de Connaissance (pour la compréhension et la réalisation : comprendre et accomplir) de Vérité m’a mené à la quête-conquête d’efficacité, d’utilité : de Compétence.
Commençant par l’Etude de l’Equilibre, puis du Courage, puis de Dieu puis (ou en parallèle, mais après 2002 se recentrant) du corps, m’ont volontairement et involontairement mené à développer une quête du travail sur le corps, optimisé(e) dans : les Arts Martiaux.

Or, Morihei Ueshiba, suite à son illumination, écrivit : « la source du Budo est l’amour de Dieu, l’esprit de protection aimante pour tous les êtres »..Et le mot « Israël » peut signifier : « le lutteur de Dieu » (avec l’ambiguïté : pour et contre) Et je m’efforce d’être un homme de paix, un gentilhomme.
Comme je peux voir une rationalité profonde, continuelle, de mon histoire…Provenant de moi, et/ou me « menant », « intérieure » et extérieure à moi… »transcendante » et immanente.
On peut aussi tout expliquer en disant que toute ma vie n’est que compensation du déficit-manque affectif, d’amour. Mais il y a tout de même convergence avec ce que j’ai écrit ci-dessus.

Dieu…: l’ABSENCE…!

Une fois suffisamment dormi et réveillé, il est préférable de ne pas traîner au lit, mais de se lever.

Les commentaires sont fermés