extraits de conscience 7

Je me relâche. C’est pas bon. Je sens que je me laisse aller dans le mauvais sens. La mauvaise direction. Je me ressaisis. Il est temps de se ressaisir.
Gare à l’orgueil et gare à la colère, l’énervement, l’emportement. Attention.
TRAVAILLE ! Et ne pas se la jouer, non plus. Ne pas jouer. Contrôler, travailler, maîtriser.
Veiller.

La route est droite et surtout unique ; ne pas chercher à emprunter de chemin de traverse.
Je dois être hyper discipliné et inflexible avec moi-même.
J’ai besoin de souplesse néanmoins, mais prudemment, avec parcimonie.
Le tout est de ne JAMAIS se laisser vaincre.
NEVER SURRENDER.

Il y a une distance entre ce qu’on voudrait être et ce qu’on est ; et cette distance c’est la faiblesse.
S’il y a une différence entre ce que l’on veut être et ce que l’on est, cette différence c’est la faiblesse.

Et si la vérité c’est mourir ?
J’entends : le but, l’objectif de l’univers est de disparaître. Disparaître, mourir parce qu’avec la vie on a la conscience et qu’avec la conscience on a le désir, que le désir veut toujours plus, or : il ne peut obtenir plus que la Réalité, et la Réalité ne peut obtenir plus que la conscience (d’elle-même) et que la conscience ne peut obtenir plus que la Vie.

Ainsi, la vie revient à elle-même, sans cesse, et finissant par se lasser de cette voie sans issue, de cette issue sans voix, la vie décide de mourir.
La vie s’empare d’elle-même et finit par se tuer. Mourir est la vérité. L’ultime aboutissement .

La Vraie question est : est-ce que réellement j’aime les autres – l’Autre ?
La Vérité, la Réponse est : j’en ai Pitié.

L’Amour je ne connais pas. Je ne connais que 2 sentiments : l’Admiration et la Pitié.

Vigilance lors de l’inspiration et amour lors de l’expiration.

Le problème c’est que le mal peut être ou paraître plus fort, car plus résolu, car le « non » est souvent plus déterminé que le « oui »…

La voie c’est d’être soi-même. D’être vigilant pour être soi-même et pas « l’autre » artificiel, culturel, social. Entièrement fabriqué (ou à 95%) par « l’extérieur »
Et pour se repérer « se reconnaître » c’est simple : SOI c’est ce qui est et ne pense pas. Tandis que « l’autre » c’est ce qui pense mais n’est pas, qui paraît.
OUI !

…..Non, mais attends. C’est quoi la vie si t’as plus d’intellect ? Etre un légume qui regarde le soleil pousser et les plantes se lever ?

Il faut que la fleur meurt pour donner le fruit. Il faut que la graine meurt pour que pousse l’arbre.

L’Amour ne combat pas, il désarme.

En somme, c’est le cas de le dire, le polythéisme, tant décrié, est plus optimiste que le monothéisme qui clame l’éternité de la solitude.

C’est intéressant de ne parler qu’au présent.

« Récapitulation » des TECHNIQUES :
l’ignorance
enthousiasme joie
la pénétration-présence-vigilance
la « désexualisation »
le contrôle, la maîtrise-emprise de pensée
ne plus penser à soi
Toutes ces techniques entraînent IMMEDIATEMENT un soulagement et une amélioration du psychisme, et par suite, de la Vie.
Chacune d’elle peut même mener à la Libération.
Les employer simultanément permet la Libération.
Obsédé que je suis !…

Tu penses donc tu erres.

Le paradis c’est la petite enfance où on est dilué dans le monde. Puis, par la pensée on se concentre, on devient un « moi », un « je » et on se distingue, détache du monde, et effectivement : les yeux « s’ouvrent », se dessillent, puisque c’est à partir de moment qu’on a des souvenirs…visuels…

J’accomplis rarement un acte moral avec un esprit vertueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *